Accueil Monde Union européenne

Elections en Suède: la droite alliée à l’extrême droite a réussi à évincer la Première ministre

Trois jours après le scrutin, la commission électorale a publié les résultats après un comptage minutieux tellement le match était serré entre la gauche et la droite. La Première ministre sortante a présenté sa démission.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 3 min

Le suspense aura duré jusqu’au bout, trois jours après le scrutin de dimanche. L’autorité électorale suédoise a terminé le comptage des voix mercredi soir. Chaque voix comptait puisque le match était hyper serré entre une majorité inédite entre la droite et l’extrême droite face à la coalition sortante rouge-vert de la Première ministre social-démocrate.

Mercredi soir, Magdalena Andersson a reconnu la défaite de la gauche et la victoire du bloc de droite et de l’extrême droite. Lors d’une conférence de presse, elle aussitôt a annoncé sa démission. Le bloc formé par trois partis de droite et le parti d’extrême droite des Démocrates de Suède (SD) a « une petite majorité, mais néanmoins une majorité », a-t-elle déclaré au cours d’une conférence de presse. « Je demanderai donc demain (jeudi) à être démise de mes fonctions de Première ministre et la responsabilité pour la suite sera confiée au président du Parlement », a-t-elle ajouté.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Vanloo , jeudi 15 septembre 2022, 15:22

    A force d'ignorer les leçons de l'Histoire qui est cyclique, on se condamne à la revivre, l'Europe actuelle ressemble furieusement à celle des années 1930, on connait la suite Démocraties corrompues et à bout de souffle, crises sanitaires et économiques, instabilité politique chronique, des pays ayant peur de perdre leur âme suite aux pressions migratoires et antagonismes religieux, la guerre russo-ukrainienne qui ressemble furieusement à la civile d'Espagne avec constitutions de 2 blocs les"autoritaires" et les "démocraties" quoique la frontière est parfois floue entre les deux

  • Posté par STORDIAU Pierre, vendredi 16 septembre 2022, 15:37

    L'avis de trolls et autres kollabos n'ont aucune légitimité et sans intérêt.

  • Posté par Moriaux Raymond, jeudi 15 septembre 2022, 14:24

    La méchanceté triomphe encore et toujours de la lucidité. Comme la brutalité est confondue avec la fermeté, la générosité reste considérée comme une faiblesse. D'une solution de facilité à une autre, nous ne retenons jamais les leçons reçues et payées cependant un prix exorbitant. Tant pis pour nous.

  • Posté par Caver Jean, jeudi 15 septembre 2022, 11:30

    La poussée de partis populistes et d'extrême-droite dans l'UE n'en est qu'à ses débuts. La vague arrive car le ras le bol des gens qui ne se sentent absolument plus représentés atteint son paroxysme, notamment grâce (ou à cause) des réseaux sociaux. Hier on grommelait au comptoir du bistrot avec 2 ou 3 copains ; aujourd'hui, des centaines voire des milliers de gens lisent les diatribes des dégoûtés. Et nous parlons de la Suède (comme nous pourrions le faire des Pays-Bas), des pays où la tolérance fait partie de la culture historique ! Si, même chez eux, la population en a assez, ne nous étonnons pas que demain d'autres suivent. Quand on ne veut pas comprendre que l'immigration est nécessaire mais doit être limitée pour que l'identité des gens d'ici ne soit pas mise en danger, on joue avec le feu. Le problème, c'est que nos politiques se fichent complètement de ce que nous pensons : tant qu'ils ne sont pas mis en danger de perdre leur poste ou de voir leur parti balayé par une vague populiste, ils se fichent totalement de ce que nous disons. Moi, n'étant pas un "leader naturel", j'attends avec impatience l'arrivée d'un mouvement de nettoyage des écuries d'Augias avec respect de l'Etat de droit et de la démocratie évidemment. Mais bon sang, un beau coup de balai dans cette clique ferait le plus grand bien à tous. De toute façon, on n'y échappera pas. L'UE va être le théâtre de ce phénomène dans les 5 ou 10 prochaines années. Bientôt le tour de l'Italie.

  • Posté par ONCKELINX DANIEL, jeudi 15 septembre 2022, 12:46

    Les images que vous utilisez font froid dans le balai fait irrésistiblement penser au mouvement de Rex. Comme le disais très bien Lucas Belvaux lors de la présentation de "Chez Nous" les électeurs de ses partis croient de bonne foi que l'extrême droite à La solution. Ils oublient que des slogans ne sont pas suffisants pour gouverner.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs