Accueil Société

Smaïl, l’un des deux frères Farisi accusés dans le procès des attentats de Bruxelles, retrouve la liberté

Alors que l’accusé avait été replacé en détention mercredi dernier en vue du procès, la chambre des mises en accusation semble avoir jugé la mesure disproportionnée. Son avocat salue une décision « courageuse », tombant selon lui comme un camouflet pour le parquet fédéral.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Mercredi dernier, il se faisait passer les menottes et emmener à la prison de Leuze-en-Hainaut, en conséquence de la mise à exécution par le parquet fédéral d’une mesure de prise de corps, et ce en vue du mégaprocès en passe de démarrer. Désormais, le voici à nouveau hors des murs. Smaïl Farisi, dont l’appartement a servi de planque aux frères El Bakraoui et à Osama Krayem en amont des attentats de Maelbeek, vient effectivement d’être libéré sur décision de la chambre des mises en accusation. C’est ainsi en homme libre qu’il comparaîtra à partir du 13 octobre prochain devant la cour d’assises chargée de juger dix hommes accusés pour leurs responsabilités dans les attentats du 22 mars 2016.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs