Accueil Opinions Éditos

Et une taxe sur les surprofits, une! Mais tout reste à élaborer…

Le problème n’est plus qu’on ne fait rien, mais qu’on perd du temps. Un temps que les citoyens payeurs n’ont plus.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Faute de grives, on mange des merles. Le proverbe, adapté aux mesures mises sur table mercredi par la Commission européenne pour lutter contre la crise énergétique à laquelle les 27 Etats membres sont confrontés, donnerait ceci : faute d’une réforme rapide des marchés de l’énergie, on est bien obligé de se contenter pour l’instant de la taxe sur les surprofits – dites « mécanisme de prélèvement » – et d’un plan de réduction de la consommation d’électricité.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, jeudi 15 septembre 2022, 21:44

    De plus en plus populiste et creux.

  • Posté par STORDIAU Pierre, vendredi 16 septembre 2022, 15:36

    Surtout venant des trolls anti occidentaux !

  • Posté par De Blomme Dimitri, jeudi 15 septembre 2022, 12:37

    Ca n'a aucun sens de lier le prix de l'électricité (photovoltaique, éoliennes, nucléaire) sur le prix du gaz. Ca ne pouvait être décidé que par des élites politiques. En Asie et aux Etats-Unis, le gaz est 5 à 10 fois moins cher. Merci l'Europe. Après nous avoir plumé avec l'introduction de l'EURO, maintenant la crise énergétique. What's next ? Plus d'Europe, l'extrême droite arrive au pouvoir dans de plus en plus de pays européens. Les jours de l'Europe sont comptés.

  • Posté par Naeije Robert, jeudi 15 septembre 2022, 9:36

    Comment définit-on un surprofit? Les investissements nécessaires pour rénover et développer les parcs nucléaires, remplacer les centrales à charbon , exploiter les gisements de gaz de schiste (un tabou européen qu'il faudra bien lever) etc sont énormes et difficiles à évaluer à l'avance. Les intégrer dans une planification centrale européenne ne pourra qu'échouer. Il faut, à l'inverse, permettre et erncourager le profit tout en canalisant bien sur sa redistribution dans un but d'intérêt général

  • Posté par Adolphe BoniZeur, president du Waalse Belang, jeudi 15 septembre 2022, 8:28

    La donneuse de leçons oublie la TVA zéro et les surprofits de son torchon.

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs