Accueil Monde Asie-Pacifique

Dirigée d’une main de fer, la Chine se referme et s’isole

Le 16 octobre s’ouvrira le vingtième Congrès du Parti communiste chinois, qui devrait confirmer, de façon exceptionnelle, Xi Jinping pour un troisième mandat. Mais, entre covid, crise immobilière et tensions avec l’Occident, cette Chine qu’il dirige d’une main de fer se referme sur elle-même. Et ne semble pas en grande forme.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 8 min

Vous ne pouvez pas descendre ! » C’était la semaine dernière à Chengdu, capitale du Sichuan, ébranlée par un tremblement de terre. Les occupants d’un immeuble étaient empêchés de fuir par un gestionnaire qui entendait appliquer strictement le confinement exigé dans le cadre de la politique zéro covid.

Il y a quelques mois, à Shanghai, on avait déjà vu des « gardes blancs », version covid des gardes rouges maoïstes, ériger des barrières en rue pour être sûrs que les résidents ne sortent pas : impossible dès lors pour les pompiers d’intervenir lors d’un incendie…

Ces abus en matière d’enfermement sont la pointe la plus absurde de la politique zéro covid décidée il y a deux ans et demi par le pouvoir chinois et maintenue, quoi qu’il en coûte, par le président Xi Jinping.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs