Accueil Belgique Politique

Le greffier du parlement wallon suspendu pour six mois

Le Bureau du parlement de Wallonie s’est réuni ce jeudi matin et a décidé de la mise à pied de Frédéric Janssens, accusé notamment de faits de harcèlement par le personnel.

Temps de lecture: 4 min

Réuni ce jeudi matin dès 9h30, le Bureau du parlement de Wallonie a décidé de suspendre pour six mois de ses fonctions Frédéric Janssens, le greffier de l’assemblée, accusé notamment de faits de harcèlement par le personnel et faisant l’objet d’une plainte déposée par un agent auprès de l’auditorat du travail de Namur.

A ce stade, il ne s’agit pas d’une sanction dite « disciplinaire ». Cette mise à pied signifie que le greffier Janssens sera tenu l’écart du parlement, pendant maximum six mois, en continuant à percevoir son salaire. Cette période de suspension doit permettre au Bureau d’instruire le dossier, à charge et à décharge, pour décider si une mesure disciplinaire à l’égard de M. Janssens s’impose (ou pas).

Le Bureau compte également mettre à profit cette période de six mois pour rétablir un « climat social apaisé et serein » au sein de l’institution. « Le Bureau souhaite, au départ de cette décision, pouvoir développer avec l’ensemble du personnel un dialogue permettant à chacun de pouvoir librement et en toute transparence participer à cette amélioration du climat social », peut-on lire dans une note destinée au personnel.

Consultation du personnel

La première étape sera de rencontrer le conseil du personnel de manière à établir un programme de consultation de l’ensemble des troupes. Chaque membre du personnel est « encouragé à s’exprimer ». La possibilité de se faire accompagner d'un organe extérieur pour mener à bien cette mission sera examinée ultérieurement par le Bureau.

« La situation n’était plus tenable, ni pour le greffier ni pour les agents », a commenté Jean-Claude Marcourt (PS), le président du parlement et du Bureau. « Il y a un ressenti de la part du personnel qui ne s’est jamais exprimé officiellement. J’ose croire que cette mesure forte permettra de libérer la parole et de mettre les choses à plat. Notre message est clair : nous voulons qu’une nouvelle page s’écrive. »

Dans les rangs de l’opposition, le chef de groupe PTB Germain Mugemangango a souligné qu’il s’agissait d’une « belle victoire pour les agents du greffe qui vont pouvoir souffler après des années de terreur ». Mais le député d’opposition veut que toute la lumière soit faite sur « le reste », à savoir les dépenses et les marchés publics douteux. « Il est indispensable que la Cour des comptes puisse faire un audit sur les dépenses liées au fonctionnement du parlement wallon. Enfin, il doit impérativement y avoir un débat public en commission pour pouvoir poser des questions aux membres du Bureau sur les éléments en lien avec la gestion du personnel et des finances », conclut Germain Mugemangango.

Voici le communiqué complet envoyé au personnel

« Mesdames, Messieurs,

Le Bureau s’est réuni ce jeudi 15 septembre 2022 afin d’examiner la situation existante au sein du greffe, en ce compris son climat social.

Dans le souci de restaurer la situation, le Bureau a pris la mesure suivante: il a décidé de suspendre, dans l’intérêt du service, pour une durée de 6 mois, Monsieur Frédéric Janssens, greffier.

Le Bureau souhaite, au départ de cette décision, pouvoir développer avec l’ensemble du personnel un dialogue permettant à chacun de pouvoir librement et en toute transparence participer à cette amélioration du climat social.

Le Bureau a décidé que sa première action serait d’organiser une rencontre avec le conseil du personnel de manière à établir un programme de consultation. Dans l’évolution du dossier, le Bureau examine la possibilité de se faire accompagner d'un organe extérieur pour lui permettre d’atteindre les objectifs fixés.

Au travers de cette crise qui traverse le personnel du greffe depuis un certain temps, le Bureau souhaite réitérer sa volonté de servir le Parlement dans un climat social apaisé et serein. Il encourage chaque membre du personnel à s’exprimer et réaffirme à l’ensemble de celui-ci sa confiance pour assurer les tâches qui lui sont confiées. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

58 Commentaires

  • Posté par Mauer Marc, vendredi 16 septembre 2022, 10:16

    Rassurons nous : sa mise à l’écart pour 6 mois va permettre aux employés de s’exprimer, de récupérer un certain bien être au travail, et je vous fiche mon billet qu’il ne reviendra pas ! Du moins pas au même poste, et je serais surpris qu’après une telle levée de boucliers il ait envie de revenir ! Quelle serait sa crédibilité ?

  • Posté par Smyers Jean-pierre, jeudi 15 septembre 2022, 18:28

    La conversation de café du commerce est bien animée sur ce sujet. Ce dont il faut peut-être se rappeler, c'est que ce n'est pas sur un site ni sur les médias sociaux que les choses se règlent. Des procédures ont été entamées auprès de l'Auditorat du Travail, c'est à lui de rendre avec sérénité le droit au stade actuel. Même si le personnage n'est pas sympathique du tout, et semble potentiellement répréhensible sur bien des aspects, ce n'est pas à la vociférante vox populi à le mener à l'échafaud illico presto.

  • Posté par Moriaux Raymond, jeudi 15 septembre 2022, 19:00

    Ne vous fatiguez pas. C'est sans espoir ...

  • Posté par Giefvan Agathe, jeudi 15 septembre 2022, 18:44

    Vox populi, vox dei.

  • Posté par Giefvan Agathe, jeudi 15 septembre 2022, 18:42

    Très juste, M. Smyers. Si ça se passait dans une entreprise privée, on laisserait la justice sanctionner. Mais ici, il s'agit d'argent public et de copinage politique. Il est important d'ouvrir les yeux sur la nature profonde de nos "élus" : corruption et copinage. Le Janssens a été encouragé par ses supérieurs, ou alors il detient des infos explosives pour eux. Ses dépenses ont été approuvées par des élus. En échange de quoi ?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une