Accueil Monde Proche-Orient

L’émir du Qatar cultive la langue de bois avec talent

L’émir Al-Thani, qui fuit souvent les médias, a fait une exception pour nos confrères du « Point ». Peu titillé sur les droits humains, il s’en tire avec des généralités. Sauf sur la Palestine et la Syrie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

L’émir du Qatar aime la discrétion. La grande interview qu’il vient d’accorder à nos confrères français du Point n’est que la troisième du genre depuis le début de son règne en 2013, et la première pour un média européen. Pour les journalistes qui l’ont conduite, elle s’est bien passée. Ambiance sympa. Ils racontent ainsi comment l’émir leur a fait découvrir Doha en pilotant lui-même sa voiture. En pleine polémique sur les conditions dans lesquelles a été organisée la Coupe du monde de football, l’avis de Tamim Ben Hamad al-Thani était très attendu. Encore eût-il fallu le titiller. L’émir s’est en effet contenté de dire que son pays avait pris les critiques au sérieux quant aux conditions de vie des ouvriers et que, désormais « nous punissons quiconque maltraite un employé ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche et Moyen-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs