Accueil Économie Entreprises

Ryanair conclut une extension de contrat avec l’aéroport de Charleroi jusqu’à 2028

Un avion de 189 places coûterait 5.400 euros de moins au départ de Charleroi qu’à Zaventem en raison du coût des redevances qui y sont appliquées.

Temps de lecture: 2 min

La compagnie aérienne à bas coût Ryanair a négocié une extension de contrat avec l’aéroport de Charleroi jusqu’en 2028, apprend-on samedi dans les colonnes du journal l’Écho. Selon le média, cette négociation est intervenue en pleine crise de coronavirus.

Le CEO de l’aéroport de « Brussels-South Charleroi », Philippe Verdonck, confirme l’information mais s’est refusé à tout commentaire portant sur le contenu de l’accord. La compagnie hongroise à bas prix Wizzair aurait également conclu une extension de contrat.

Dans une interview accordée à l’Écho, le CEO de Ryanair, Michael O’Leary, précise que la compagnie irlandaise n’a obtenu aucun subside de la Région wallonne et que ce choix de développement à Charleroi repose sur d’autres motivations. « Tout ce que nous faisons, c’est négocier les tarifs. Regardez les supermarchés, vous ne dites pas qu’Aldi et Lidl sont subventionnés par leurs fournisseurs ? Ils ont simplement négocié des remises plus importantes auprès de leurs fournisseurs dans l’intérêt de leurs clients », défend-il.

Selon les calculs du média spécialisé en économie, un avion de 189 places coûterait 5.400 euros de moins au départ de Charleroi qu’à Zaventem en raison du coût des redevances qui y sont appliquées.

Après avoir annoncé le retrait des deux avions de la compagnie basés à Bruxelles cet hiver, le patron de Ryanair enfonce le clou, soulignant que « Brussels Airport est juste un aéroport très mal géré » et que son directeur, Arnaud Feist, « ne comprend rien du tout à l’aviation ».

L’homme d’affaires remet par ailleurs en question la taxe environnementale désormais d’application pour un vol direct au départ et en direction de la Belgique. Selon lui, cette taxe devrait également valoir sur les vols avec correspondance qui sont « deux fois plus polluants ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Drumberg Benoit, samedi 17 septembre 2022, 11:49

    Bonne nouvelle pour les riverains francophones de l’aéroport flamand de Zavetem qui se prennent toutes les nuisances sonores.Peut-être quelques emplois en plus en perspective à Charleroi qui en a grand besoin . Mais ne perdons pour autant pas de vue les conditions de travail moyenâgeuses que RAYANAIR impose à son personnel !

  • Posté par Lambert André, samedi 17 septembre 2022, 11:19

    Pas étonnant que Ryanair conclut une extension de contrat avec BSCA jusqu'à 2028, vu qu'on le laisse impunément transgresser systématiquement les règles relatives aux atterrissages. Car, le BSCA étant un aéroport de jour, les horaires d'ouverture et de fermeture ont été établies entre 6h30' et 23h00'. Or, en consultant les heures d'arrivée, on peut constater que quelque 10 atterrissages sont programmés chaque jour, entre 22h50' et 22h55', dont notamment entre 5 et 8 vols à 22h55'. Or, comment réaliser cette prouesse, alors qu'il n'y qu'une seule piste ??? Donc, concrètement, les autorités mentent aux riverains lorsqu'elles affirment que seuls les vols retardés d'avions Ryanair stationnés à Charleroi peuvent rentrer après 23h. Donc, les dérapages avec l'horaire sont systématiques et largement autorisés vu qu'ils sont programmés comme tels sur le site internet du BSCA, et tout le monde, autorités aéroportuaires et politiques, ferment les yeux et les oreilles. A titre indicatif, une pétition est actuellement ouverte sur le site du Parlement Wallon pour dénoncer cette situation.

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière