Accueil Énergie

Crise énergétique: mais qui éteint la lumière, finalement?

Le Comité de concertation a décidé d’éteindre les lumières dans les bâtiments fédéraux, mais le conseil des ministres ne l’a pas encore formellement décidé. En attendant, c’est la confusion : chacun fait comme il peut, comme il veut…

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

En Belgique, rien n’est simple et on pourrait même affirmer sans trop se tromper que tout est compliqué. L’extinction de l’éclairage des bâtiments publics fédéraux durant la nuit, tiens, par exemple…

On le sait, le Comité de concertation en avait fait l’annonce, fin août, dans l’idée de montrer l’exemple de la sobriété. Une annonce jugée bien faiblarde eu égard à l’ampleur des enjeux – les prix de l’énergie qui s’envolent, le pouvoir d’achat qui prend l’eau, notamment. Mais enfin, les symboles, c’est aussi important.

Quinze jours plus tard, qu’en est-il ? Une simple promenade nocturne dans la capitale suffit pour s’en convaincre : c’est la joyeuse improvisation. Palais de justice, Palais royal, tour des Finances ou Parlement, entre autres, sont éclairés… ou pas. C’est selon.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Otte Gérard, samedi 24 septembre 2022, 2:03

    A l'Administration des Finances, plus personne dès 16h15' . Pourquoi allumer ces bureaux alors que ceux (les rares) qui y rentrent croisent ceux qui en sortent (nombreux). Pas de quoi éclairer la lanterne sur l'opacité des fuites fiscales.

  • Posté par Marlier Jacques, vendredi 23 septembre 2022, 14:15

    Ah cette éternelle tentation de dire "qu'en Belgique, tout est compliqué". Croyez-vous vraiment que tout est simple ailleurs? Peut-être dans les pays dictatoriaux ou dans ceux qui exagèrent la concentration des pouvoirs, mais pas ailleurs. Tout choix réellement démocratique est compliqué et souvent frustrant, mais possible: notre gouvernement Vivaldi en est un bel exemple. Il accélérera progressivement bon nombre de ses déjà bonnes idées et réalisations, si on ne se contente pas de ne souligner que ses "ratés".

  • Posté par Jeanine Delhait, mardi 20 septembre 2022, 14:40

    Kafka avait une bonne vision du futur. Son œuvre est caractérisée par une atmosphère cauchemardesque, sinistre, où la bureaucratie et la société impersonnelle ont de plus en plus de prise sur l'individu

  • Posté par Otte Gérard, samedi 24 septembre 2022, 2:18

    A DL: Il les a certainement pressentis vu la récurrence de l'aliénation dans ses thèmes.

  • Posté par D L, mardi 20 septembre 2022, 15:12

    Et encore Kafka n'a pas connu les Écolos !

Plus de commentaires

Aussi en Énergie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs