Accueil Énergie

La sobriété face aux crises? Ce ne sera ni facile à dire, ni simple à faire

L’amélioration de l’efficacité énergétique ne résoudra pas tous les problèmes. Faut-il faire le choix de la sobriété ? Chez nous, les politiques rechignent. Beaucoup d’experts le conseillent. Le débat tarde.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 10 min

Ce n’est pas parce qu’un terme devient à la mode qu’il est toujours bien compris ni manié avec pertinence. Ainsi, entre l’efficacité (énergétique), la sobriété (énergétique, mais pas seulement) et la décroissance, les amalgames, volontaires ou non, idéologiques ou non, sont fréquents.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Monnier Philip, dimanche 25 septembre 2022, 21:06

    Je me fiche pas mal de ce qu'il adviendra d'Ecolo, que je ne porte certes pas dans mon coeur, mais nous n'y couperons pas : il faudra être sobre, consommer moins, décroître. Alors, au lieu de geindre, faut s'y mettre !

  • Posté par Weissenberg André, lundi 26 septembre 2022, 7:13

    Non, c'est idiot! Il faudra, au contraire, créer plus de richesse pour pouvoir investir ! P.ex. commencer par faire plus d'enfants ! Donc, pas question de sobriété ! Sauf si vous préférez faire des enfants dans l'obscurité ... ;-)

  • Posté par Weissenberg André, dimanche 25 septembre 2022, 10:55

    La pseudo sobriété promue par les Verts est du vent, comme tout le reste. En tout cas, un faux argument, poursuivant en réalité d'autres desseins beaucoup moins avouables et peu légitimes! Ainsi que l'écrit justement Ferghane Azihari dans l'introduction à son remarquable ouvrage "Les écologistes contre la modernité": "Bon nombre de maux que nous attribuons à l'ère moderne la précèdent et ont été corrigés par elle. Mais, au lieu de remercier l'esprit prométhéen et le progrès technique, nous versons dans l'ingratitude et laissons la nostalgie préindustrielle déformer notre perception des défis actuels. C'est ainsi que se multiplient les appels à la sobriété heureuse dans nos sociétés lassées de leur richesse, du moins en théorie. En pratique, les migrations témoignent que l'attrait pour la vie bourgeoise prime sur l'envie de décroissance." Et voilà, tout est dit. Au diables, les écolos!

  • Posté par Joute Dodo, samedi 24 septembre 2022, 22:34

    Dommage de n'avoir pas abordé l'obsolescence accélérée de nos objets et de nos logiciels.

  • Posté par dercq jul, samedi 24 septembre 2022, 10:50

    L'être humain est le fruit d'une évolution qui dure depuis des centaines de milliers d'années et qui l'a poussé à utiliser toutes les ressources de son environnement pour pouvoir survivre, c'est un comportement herité. Nous ne courrons pas vite,on ne mord pas fort on a pas de griffes et on ne saute pas haut, on a donc du se demerder autrement et c'est ainsi qu'on est devenu les maîtres du monde. Croire que l'on va changer est illusoire, je ne vois qu'une solution, c'est de faire moins de gosses partout sur la planète.

Plus de commentaires

Aussi en Énergie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs