Accueil Opinions Chroniques

«Lettre de la City»: Terry Smith, l’arroseur arrosé

Le gestionnaire star de la City a été contraint de fermer son plus gros fonds d’investissement après le ralentissement de l’économie chinoise affaiblie par les vagues successives de covid.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Les ennuis viennent toujours d'où on ne les attend pas. Cette maxime de la vie des affaires, Terry Smith la ressasse. Le gestionnaire star de la City a été contraint de fermer son plus gros fonds, Fundsmith Emerging Equities. Cette structure d’investissement dans les actions d’entreprises de pays émergents n’a pas été victime de maux prévisibles contre lesquels le fonds s’était protégé, à l’instar de la récession, de la flambée des prix de l’énergie et du resserrement monétaire des banques centrales. Mais c’est l’économie chinoise prise dans le piège du « zéro covid » qui, en freinant l’activité et la consommation, lui a fait perdre un quart de sa valeur depuis le début de l’année. S’ajoute qu’il n’y a pas aujourd’hui un seul fonds de placement qui puisse prospérer sans le label vert. Et les pays asiatiques chers à Smith sont loin de laver plus blanc que blanc !

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs