Accueil Société

Charleroi: un double meurtre qui endeuille toute une école

Une professeure du Collège du Sacré-Coeur et son compagnon ont été tués par un autre enseignant de l’établissement scolaire. L’homme était connu comme l’ex-compagnon de la victime du féminicide. Collègues et élèves sont sous le choc.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

C’est avec la nouvelle d’un drame terrible que s’est réveillée ce mardi la communauté des élèves et des enseignants du Collège du Sacré-Coeur de Charleroi, l’une des principales institutions scolaires de la ville. Une professeure d’histoire du collège, Delphine K., a été comme son compagnon, mortellement blessée par arme à feu à son domicile de Mont-Sur-Marchienne. L’auteur des faits, qui sont survenus sur le coup de 21h lundi soir, est un certain Carl M. Il était l’ex-compagnon de Delphine K. mais également son collègue au sein de l’établissement scolaire. Tous deux venaient de se séparer.

Carl M. « est ensuite rentré chez lui et s’est donné la mort avec la même arme », précise Sandrine Vairon, procureure de division de Charleroi. Avant de mettre fin à ses jours, l’homme, jusqu’alors inconnu de la justice, avait informé sa sœur par téléphone de l’acte qu’il venait de commettre. Bien que l’action publique soit destinée à s’éteindre, une instruction a été ouverte pour tenter d’éclairer ces faits qualifiés de « double assassinat ».

Soutien psychologique

Face au choc de ce double meurtre, l’école endeuillée a tenté de réagir comme elle le pouvait. « Nous avons été prévenus des faits ce matin un peu avant 9h, et très rapidement la direction s’est mise en ordre de marche pour prévenir les enseignants et leur partager l’information. Une équipe d’enseignants s’est ensuite chargée de transmettre l’information auprès des élèves » nous explique Ante Rimac, membre du pouvoir organisateur de l’école. « Très rapidement, également, l’équipe de direction a mis en place un encadrement psychologique exceptionnel pour veiller à l’écoute des élèves et des professeurs. Des équipes de centres PMS et des membres des équipes mobiles de la Fédération Wallonie-Bruxelles sont venus dans l’établissement pour mettre en place cette écoute. Les cours sont suspendus, mais l’école reste ouverte. Demain, les élèves qui souhaitent venir au sein de l’établissement sont les bienvenus, ceux qui veulent rester chez eux peuvent rester chez eux. » A ce stade, aucun commentaire ne sera fait à l’égard des faits.

Avant que ne survienne ce nouveau drame, l’observatoire Stop Féminicides, qui recense en Belgique les meurtres de femmes « parce qu’elles sont des femmes » – et qui intègre notamment dans cette catégorie les meurtres de femmes survenus au sein de la sphère conjugale – avait déjà comptabilité cette année 15 meurtres qualifiés de féminicides.

Habitat

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko