Accueil Économie

Les patrons du rail se défendent face à l’accident de Saint-Georges

Les CEO de la SNCB et d’Infrabel face aux questions des députés. Avec des nuances : en couvrant 73 % des feux, le système actuel (TBL1+) assure 99,9 % de son efficacité. Mais seulement 75 % des risques.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Entre mille autres, les questions sur les responsabilités de l’accident de train à Saint-Georges sur Meuse qui a fait trois morts le 5 juin dernier posent sur le rôle du conducteur du train qui a embouti un convoi de marchandises et sur la manière dont le système de sécurité « TBL1+ » aurait pu/dû l’éviter. Le premier implique avant tout la SNCB, le second cible plus particulièrement Infrabel. Après avoir entendu le ministre fédéral il y a 10 jours, les députés de la commission infrastructure ont entendu ce lundi les patrons des deux sœurs du Groupe SNCB. Les enquêtes étant toujours en cours, sans doute pour longtemps encore, Jo Cornu et Luc Lallemand (Infrabel) ont voulu s’en tenir majoritairement à des explications techniques. Les proches des victimes de cet accident et de celui de Buizingen, présents dans la salle, ont toutefois mal encaissé quand Jo Cornu, le patron de la SNCB, a évoqué qu’indépendamment des enquêtes officielles, son intuition personnelle reposait sur une erreur humaine.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par franz coquette, mardi 21 juin 2016, 10:28

    Systèmes de sécurité, sophistiqués, accélération, signaux, freinage automatique, d'accord mais il faut quand même un conducteur responsable à bord, non? Ou alors des trains sans conducteurs comme certaines lignes de métro à Paris, et donc un service minimum automatique à la SNCB....! et des pertes d'emplois et donc des grèves à tout va....? GG

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs