Accueil Monde Europe

En Europe, l’extrême droite infuse sévèrement ses idées

Les derniers succès législatifs du Rassemblement national en France et des Démocrates de Suède ainsi que la popularité de Giorgia Meloni en Italie confirment que l’extrême droite reste attractive en Europe. Pourtant, elle peine toujours à s’implanter durablement et à s’organiser à l’échelle européenne.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 6 min

Quatre-vingt-neuf députés du Rassemblement national faisant leur entrée tambour battant à l’Assemblée nationale en France. Les mal nommés « Démocrates de Suède » faiseurs de roi à Stockholm. Le parti d’inspiration fasciste Fratelli d’Italia aux portes du pouvoir en Italie. L’année 2022 aura été marquée par de nombreux succès dans les urnes pour l’extrême droite en Europe. La prochaine échéance électorale italienne est scrutée avec fébrilité par les cercles européens. D’autant plus qu’il est devenu résolument ardu de définir avec précision quel parti relève de l’extrême droite aujourd’hui, tant leurs idées ont infusé le reste du spectre politique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Giefvan Agathe, mercredi 21 septembre 2022, 18:39

    Admettre que quelque chose est indicible ou inaudible, c'est rejeter la liberté d'opinion et d'expression, c'est la censure. Ça a quelque chose de religieux, car ça pose certaines valeurs comme absolues, plus valables que d'autres a priori. Alors que le débat politique doit précisément choisir quelles seront les valeurs partagées, donc les entendre toutes.

  • Posté par Giefvan Agathe, mercredi 21 septembre 2022, 18:26

    ce genre d'article n'apporte rien. Aucune définition de l'extrême-droite, qu'on confond allègrement avec extrême droite (sans trait d'union) , droite extrême et droite radicale, sans jamais du détail sur leur projet. Le "plus jamais ça", donc le cordon sanitaire, concerne la Shoah ; aucune de ces partis ne la promeut, que l'on sache. — Idem pour extrême-gauche ou pour populisme. Jamais une définition. Ce sont devenus des mantras pour dire "mon ennemi, donc mauvais, sans discussion ". Comme "herétique" ou "antirévolutionnaire" ou "non-aryen" sous d'autres régimes... pourtant vivement critiqués par nos soi-disant démocrates et journalistes.

  • Posté par collin liliane, mercredi 21 septembre 2022, 9:48

    Qualifier d'extrême droite un parti qui rétablir la sécurité et mettre fin à une immigration débridée et à l'islamisation revient à dire que tous les autres partis ne font rien en ce sens. C'est aussi inexact que dangereux.

  • Posté par Giefvan Agathe, mercredi 21 septembre 2022, 18:33

    Massacru : Mussolini a créé le fascisme, mais ce n'était pas l'extrême-droite qui existait en France, en Allemagne, en Europe centrale, c'était antidémocratique mais social. Casa Pound est d'extrême-droite mais pas franchement mussolinien. Le MSI était fasciste, de droite, extrême peut-être, mais pas "extrême-droite" au sens néo-nazi. Encore moins Fratelli (très à droite mais ni nazi, ni fasciste).

  • Posté par massacry olivier, mercredi 21 septembre 2022, 14:49

    Georigia Meloni est une partisane de Mussolini. Si pour vous ce n'est pas de l'ED, alors oui vous avez perdu tout sens de la réalité !

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs