Accueil Guerre en Ukraine

Vladimir Poutine intensifie sa menace nucléaire et se prépare à une escalade majeure avec l’Ouest

Le chef du Kremlin a décrété une « mobilisation partielle », soit celle de 300.000 réservistes. Sa menace nucléaire résonne d’autant plus fort que des référendums d’annexion sont prévus dans quatre régions ukrainiennes dès vendredi. Avec un message clair : la Russie ne combat pas tant l’Ukraine que l’Occident.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Dos au mur depuis des jours, Vladimir Poutine a lancé sa contre-attaque. Contre l’Ukraine. Et, plus généralement, contre l’Ouest. Dans une brève mais tonitruante allocution télévisée, ce mercredi matin, le chef du Kremlin a accusé l’Occident d’essayer de « détruire » la Russie. Au nom de la protection de la souveraineté nationale, il a déclaré une « mobilisation militaire partielle » dès aujourd’hui. Assis derrière une table, le ton martial, la main gauche agitée et le regard droit, Vladimir Poutine a pris cet engagement : pour « protéger la Russie et notre peuple », il est prêt à utiliser « tous les moyens à notre disposition ». Il l’a bien fait comprendre : cela inclut le nucléaire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

51 Commentaires

  • Posté par Weissenberg André, jeudi 22 septembre 2022, 11:05

    Tout ça, c'est du grand Guignol! Il ne manque que l'appel au secours à ses alliés extra-terrestres! Poutine n'utilisera l'atome ni à des fins tactiques ni à des fins stratégiques. Comme on le sait, pour l'avoir constaté à plus d'une reprise par le passé, il y a des officiers russes autrement plus responsables que Poutine aux commandes de l'arsenal atomique russe, ainsi qu'au FSB. Cela, Poutine le sait mieux que quiconque.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 21 septembre 2022, 15:46

    Deux hypothèses: 1. et si Putin escomptait gagner le concours "ma binette partout"? 2. L'élément déclencheur de sa rage n'est-il pas le refus de l'inviter aux "Royal Funerals"?

  • Posté par dams jean-marie, mercredi 21 septembre 2022, 14:49

    Tiens Erdogan avait fait une déclaration vers des pourparlers de paix ???? Une escalade le vendredi pour faire plaisir aux gugusses du PTB ???

  • Posté par Lefèvre Philippe, mercredi 21 septembre 2022, 14:44

    Sommes-nous protégés d'une attaque nucléaire russe par un bouclier anti-missiles de l'Otan ? Certains le disent. D'autres notent qu'en mars de cette année, un gros drone de 6 tonnes datant des années 70, s'est écrasé à Zagreb après avoir survolé la Roumanie, la Hongrie, la Croatie. Si un drone volant à 700 km/h ne peut être intercepté, qu'en est-il d'un missile supersonique ? En cas d'attaque nucléaire sur le quartier général de l'Otan, les Bruxellois auront l'avantage de ne pas souffrir contrairement aux habitants des provinces.

  • Posté par STORDIAU Pierre, vendredi 23 septembre 2022, 13:01

    Troll Lefèvre Philippe : vous n'avez strictement RIEN kompris des codes de la "dissuasion nucléaire" ! Cela a pourtant encore été rappelé par toutes les parties ...

Plus de commentaires

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs