Accueil Opinions Cartes blanches

Climat, les grands chantiers à réaliser d’urgence!

Une relance économique centrée sur le bien-être de la population améliorera la qualité de l’habitat, des bâtiments collectifs, permettra à chacun de maîtriser ses factures d’énergie et de se protéger des effets du réchauffement climatique. Il est temps de lancer de grands chantiers qui seront aussi tout bénéfice pour l’emploi dans les secteurs du bâtiment, des énergies renouvelables, du transport et du génie civil.

Carte blanche - Temps de lecture: 5 min

Malgré tous les efforts de chaque gouvernement, de leurs administrations, d’entreprises, d’ONG, malgré un immense consensus sur les objectifs climatiques, nos avancées concrètes sur le terrain ne sont pas à la hauteur, alors que nous subissons déjà à répétition les effets négatifs du réchauffement climatique, avec des coûts très importants pour les finances publiques, pour les entreprises et pour les particuliers.

Les objectifs et les étapes de réduction des émissions de gaz à effet de serre buttent sur des procédures administratives très complexes, qui ralentissent leurs concrétisations.

Une fois la décision prise de réaliser une rénovation énergétique, chaque ménage a accès à une multitude d’informations. Informations qui indiquent l’obligation de passer par un audit, mais il y a des dérogations… Les primes sont variables en fonction des travaux des économies d’énergie, des revenus et de la composition du ménage ; certaines communes offrent des primes complémentaires… pour certains travaux ; une demande de permis d’urbanisme est nécessaire, parfois avec le recours à un architecte… Si la demande pour un encours sur le prêt hypothécaire est relativement simple, la sollicitation d’un prêt à 0 % auprès de la Société Wallonne de Crédit Social ou auprès du Fond du Logement Wallon, réclame la constitution d’un dossier très complet.

Une commune devrait pouvoir envisager de rénover l’ensemble de ses bâtiments et quitter les énergies fossiles, non seulement pour montrer l’exemple, mais aussi pour éviter à l’avenir les augmentations des coûts énergétiques, tout bénéfice pour les finances communales. Mais les agents communaux chargés de concrétiser cet objectif louable se trouvent confrontés à une multitude d’appels à projets de différents ministères qui tous ont leurs exigences sur des coefficients d’isolation, l’usage de logiciels différents pour analyser les bâtiments, etc., sans compter qu’il s’agit de concours. Ce qui entraîne un gaspillage d’heures de travail pour des agents communaux contraints de courir après des subventions sans être certains de les obtenir.

Enclencher une autre croissance

Parallèlement à cette simplification administrative, nous devons innover dans le financement de ces rénovations avec comme objectif l’annulation du recours aux énergies fossiles. En assurant la rénovation de tous les bâtiments privés et publics par l’usage de techniques éprouvées, isolation, ventilation, photovoltaïque, pompe à chaleur, nous pouvons réduire les consommations d’énergie, donc les factures d’énergie de 70 % en moyenne. Ces économies financières peuvent être mobilisées sur 60 ans pour l’enveloppe des bâtiments et sur 30 ans pour les équipements, pour garantir le remboursement de prêts liés aux bâtiments.

Pour les transports, la relocalisation d’une partie de nos échanges économiques doit permettre de réduire les transports de marchandises, mais en même temps de renforcer les liens économiques entre petites et moyennes entreprises locales, d’utiliser les ressources naturelles locales avec parcimonie tenant compte des réserves effectives et de développer l’économie circulaire. Quant aux déplacements des personnes, ici aussi un vaste chantier est nécessaire pour redéployer un chemin de fer ultra-performant, et financer ces travaux grâce aux économies financières sur les embouteillages.

Des travaux gigantesques

L’adaptation des territoires aux effets du réchauffement climatique va demander des travaux gigantesques pour capter l’eau quand elle tombe en trombe, la restituer au moment des sécheresses, planter massivement des arbres et des haies en région rurale, verdir les places et rues de nos villes pour mieux encaisser les canicules répétitives que nous connaissons déjà. Pour financer ces énormes travaux, il faut innover et prévoir des financements de très longue durée. Nous avons bousculé les équilibres naturels sur 200 ans de temps. Il faut prévoir des financements pour ces travaux sur 200 ans voire plus. Nous le savons, ne rien faire coûtera plus cher à nos enfants et petits-enfants. Avons-nous le droit de leur laisser un tel héritage ?

Injecter des sommes massives dans le système économique… a déjà été fait à plusieurs reprises, notamment pour sortir de la crise des années 30, reconstruire les pays d’Europe occidentale après la guerre 40-45… et dernièrement pour sortir de la crise bancaire en 2008 ! Mais ces injections dans le système financier ont soit activé la consommation puis la surconsommation, soit sauvé des banques de faillites. Aujourd’hui, l’Europe tente d’orienter les investissements des entreprises vers de nouvelles technologies… mais sans soucier de comment les citoyens et les collectivités locales vont pouvoir payer ces nouveaux équipements. Les économies sur les factures d’énergie des citoyens comme des collectivités privées et publiques seront les garanties pour assurer le remboursement de cette injection d’argent dans le système économique.

Une autre relance économique est donc possible

Ces grands chantiers déclencheront une multitude de créations et de transferts d’emplois dans les secteurs : du bâtiment, des énergies renouvelables, du transport, du génie civil. Cette relance économique centrée sur le bien-être de la population améliorera la qualité de l’habitat, des bâtiments collectifs, permettra à chacun de maîtriser ses factures d’énergie et de se protéger des effets du réchauffement climatique. Ces grands chantiers auront des impacts concrets et positifs sur le quotidien des citoyens renforceront la cohésion sociale au sein de chaque territoire. Pour les États, cette dynamisation de la vie économique permettra d’envisager la revalorisation et le refinancement des services et équipements publics, un autre grand chantier, qui activera à son tour l’économie locale.

Territoires en redéveloppement !

Sur le plan international, tous ces territoires en redéveloppement permettront à l’Europe d’enclencher concrètement une réelle politique d’indépendance énergétique et de neutralité carbone avec le soutien des citoyens, qui ne voyaient rien venir de l’Europe pour améliorer leurs conditions de vie ces dernières années ! Cela réduira fortement ce rejet de l’Europe exprimé par de nombreux citoyens par leur vote vers des partis politiques populistes, ce qui met en grand danger nos démocraties !

Les forces politiques démocratiques, avec l’appui des fédérations de petites et moyennes entreprises, des syndicats, des ONG, peuvent enclencher ce processus de démocratie économique compatible avec les défis climatique et sociaux !

 

À lire aussi Ecowez lance un projet de centre pour se former à l’écoconstruction À lire aussi La Fondation pour les générations futures: un creuset d’innovations durables À lire aussi Une Alliance belge pour rendre le secteur de la construction plus vert

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Weissenberg André, jeudi 22 septembre 2022, 11:46

    A part les intertitres typiquement "pastèques" ("(...) une autre croissance"), et dont on ne sait s'ils sont des auteurs, on ne peut qu'être d'accord sur le fond. Attaquons nous enfin et sans tarder plus longtemps à tous les travaux d'adaptation de notre habitat et de notre environnement immédiat. Cela ne peut qu'engendrer une dynamique économique bénéfique, une relance dans l'intérêt et au bénéfice de tous, à condition que tous aient accès aux moyens financiers requis pour mettre en œuvre ces travaux à leur échelle. On pourrait - devrait? - d'ailleurs imaginer un dispositif de subrogation pour effectuer les travaux à la place de ceux qui, pour quelque raison que ce soit (âge, maladie, incapacité, ...) s'avéreraient incapables de les entreprendre pour les biens dont ils sont propriétaires ou dont ils ont la charge.

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une