Accueil Société

Environnement: où vont les déchets hospitaliers?

On estime que 85 % des déchets ne sont pas dangereux pour l’homme ni pour l’environnement et peuvent donc être recyclés « comme à la maison ». Mais qu’en est-il des 15 % restants ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Aiguilles, scalpels, masques, gants, radiographies, médicaments, bandages, solvants, désinfectants, baxters, etc. Mais encore tissus ou organes humains, liquides corporels, déchets de salles d’opération… Sans compter les restes de repas, les cartons, les plastiques et tout le matériel qu’il faut remplacer dès lors qu’il ne fonctionne plus ou devient trop usagé… Les déchets liés aux activités de soin sont aussi variés que potentiellement nocifs : selon l’Organisation mondiale de la santé, 85 % d’entre eux, comparables aux ordures ménagères, ne présentent pas de danger pour la santé ou l’environnement ; mais les 15 % restants bien, qu’ils soient chimiques, infectieux ou radioactifs. Une logistique de précision est donc requise pour les traiter de façon adéquate.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs