Accueil Belgique Politique

Former le gouvernement plus rapidement, oui, mais comment?

Plusieurs idées circulent pour forcer une formation plus rapide du gouvernement fédéral et empêcher qu’elle dure des centaines de jours. Mais elles ont souvent autant d’avantages que d’inconvénients potentiels…

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 3 min

L’accord de gouvernement de la Vivaldi est formel : « Il convient d’éviter, à l’avenir, que les formations de gouvernement s’éternisent. » L’équipe De Croo a dès lors prévu d’« évaluer les règles » et d’instaurer « par exemple, un délai officiel ou un mécanisme de déblocage ». Voilà qui serait pour le moins utile : selon les calculs de Patrick Dumont (Australian national University) et Lieven De Winter (UCLouvain), six ans ont été consacrés ces cinq dernières décennies aux formations du gouvernement fédéral !

Alors, même les principaux intéressés l’admettent : il faut amender le système. Oui, mais comment ? Mercredi, en commission de la Chambre, un premier échange de vues entre députés et (huit) politologues a eu lieu. Hautement intéressant. Mais aussi un tantinet préoccupant… Car les pistes imaginées contiennent en elles-mêmes d’autres germes de blocage ou d’inefficacité.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 24 septembre 2022, 13:16

    Sauf que !!! Les modalités de formation du gouvernement fédéral ne sont reprises dans aucun texte !!! Suivant la Constitution "Le Roi nomme et révoque les ministres" c'est bien là que se trouve le problème.

  • Posté par Fonder Daniel, dimanche 25 septembre 2022, 19:32

    On ne peut s’en sortir sans une réforme profonde du processus électoral, avec des circonscription plus larges, un collège nationnal, un seul électoral élevé, un bicaméralisme fédéral réel assurant la représentativité des régions avec un renouvellement partiel pour le long terme et la compétence des élus.

  • Posté par Masure Luc, vendredi 23 septembre 2022, 19:02

    La seule solution est malheureusement confédérale, prélude de la scission, à savoir formation de majorités dans les 2 communautés et négociation entre les 2 majorités communautaires.

  • Posté par Corroy Pascal, jeudi 22 septembre 2022, 7:55

    Après 3 mois sans formation de gouvernement une reduction de 50% du salaire des députés et sénateurs,après 6 mois;plus rien! Ça Devrait marcher

  • Posté par dams jean-marie, jeudi 22 septembre 2022, 0:30

    Fin de la particratie , modèle dépassé ! Un gouvernement trilingue , 10 provinces représentées par un ministre ! Le pouvoir de cette structure doit seulement transcrire en loi les projets présentés par des experts de toutes les spécificités et acceptés après referendum ! Au départ un projet doit être mis sur la table , fin des élections de politiciens pour les politiciens! Chaque candidat qui se propose ne peut refuser le poste si il est élu Seul un projet doit composer la formation du gouvernement. Il est temps que ces politiciens vivent de la même manière que la population.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs