Accueil Opinions Chroniques

«Je dirais même plus»: Les raisins de la colère du vendredi

Le PTB a décrété que la veille de chaque week-end sera désormais l’occasion pour ses militants de clamer haut et fort leur mécontentement.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 3 min

Publié en 1939, le superbe roman de John Steinbeck Les Raisins de la Colère raconte l’épopée d’une de ces innombrables familles de l’Oklahoma, chassée de ses terres par la sécheresse et les banques et qui fuit vers un improbable refuge en Californie. Il y est question (déjà) de la dégradation de l’environnement, de la cupidité des créanciers et surtout de la condition sociale des travailleurs à une époque où aucun système social ni aucune aide publique n’empêchaient de sombrer et de mourir dans l’indifférence.

La colère du vendredi, décrétée par la PTB, a, malgré son nom, peu en commun avec la situation sociale et le désespoir des laissés pour compte décrits par Steinbeck.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par DENIS JEAN, samedi 24 septembre 2022, 12:51

    Beaucoup à redire ! Poutine le responsable? bien avant lui il y a eu Thatcher et Reagan et, grâce à eux, conséquemment, les "travailleurs pauvres" (rien à voir avec Raoul) : où est l'erreur dans cette expression antinomique, où est la logique, où est l’humain? Cette expression n’est pas digne de notre société ! Elle est inacceptable ! Il est temps de regarder un peu plus de Ken Loach! Les gilets jaunes? Des travailleurs pauvres qui ont sauvé Macron de la déconfiture, les sherpas des 1ers de cordée! L'impasse des G.J.? Connaissez-vous beaucoup de monde qui aurait encore le courage de se faire tabasser, de se faire arrêter (GAV systématique : les commissariats débordés !!!), de risquer de perdre une main, un œil ou de mourir atteint par un projectile alors qu'on ferme ses fenêtres ou volets au 2e ou 3e étage...(classé sans suite !). Geneviève Legay renversée par la police, un gradé de la gendarmerie courageux en désaccord complet avec la police qui charge sans raison valable, une affirmation douteuse de JM Prêtre qui a reconnu avoir présumé que c'était ce que Macron voulait entendre : Legay est tombée toute seule! (cf l’invasion violente par les GJ d’un hôpital (mensonge flagrant) : usage controversé de la nasse : Pour les détails je vous invite à faire quelques recherches rapides. C'est un beau cas d'école pour un juriste. Et, last but not least, Macron (un démocrate ?) qui décrète qu'à 73 ans on n'a rien à faire dans une manifestation. Le pourquoi de cette situation? Une gauche qui n'est plus de gauche tout simplement...voir résultats de la gauche en France. Le terreau est là, il ne reste plus qu’à regarder pousser. Populisme ? au début du XX e siècle on a commencé à évoquer les congés payés et autres besoins de justice sociale…c’était du populisme… selon l’acception d’aujourd’hui…et bizarrement ce populisme est devenu réalité en 36. Le populisme aurait-il la vocation de devenir la norme ? Des ouvriers ? des congés ? payés en plus !? vous êtes devenus fous ! (entendu à l’époque). NB Ce terme populiste est du même type que fasciste et autres expressions qui mettent fin de facto à une conversation qui aurait pu être productive.

  • Posté par Raurif Michel, vendredi 23 septembre 2022, 14:14

    Faut reconnître que dans l'Arts de faire du bruit pour rien,, Raoul s'y connait !!!!!

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs