Accueil Culture Livres

Bastien Vivès: «J’ai signé un Lost in translation de la BD»

L’auteur de « Océan noir » croque la mélancolie du dessinateur, au Festival d’Angoulême, dans l’aventure romantique de « Dernier week-end de janvier ».

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 5 min

Dernier week-end de janvier, Bastien Vivès, Casterman, 184 p., 20 €

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs