Accueil Monde France

Affaire PPDA: «L’impunité», un livre coup de poing

« L’Impunité », d’Hélène Devynck, décrit la mécanique implacable qui continue de protéger l’ancienne star du Vingt heures de TF1. La perspective d’un procès reste incertaine.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 5 min

C’est un livre qu’on lit d’une traite. Qu’on reçoit comme un cri. Des mots qui hurlent dans le silence des 270 pages. Et qui arrachent avec une force inouïe ce « papier peint », comme dit l’autrice, dont on tapisse les contes de fées.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Hourdeau Chantal, dimanche 25 septembre 2022, 23:49

    C'est pire qu'en Belgique! En France, les victimes doivent quasiment faire l'enquête elles mêmes!! Comme quoi, l'égalité des sexes, elle est encore très très loin!!

  • Posté par COURRIER Mme, vendredi 23 septembre 2022, 18:53

    C'est aberrant de lire que des hommes cherchent toujours à nuire aux femmes, toutes raisons confondues. C'est pour cela que nous apprenons à nous "défendre, manu militari." C'est notre façon de riposter. C'est la seule façon, oh combien désagréable et dégoûtante, de châtier cet animal vulgaire dans ces actions et corrosifs dans son langage.

  • Posté par Jeanine Delhait, vendredi 23 septembre 2022, 12:51

    comment peut il y avoir une loi qui dit qu'il y a prescription sur des crimes? est-ce que c'est des criminels qui ont écrits cette loi dans l'espoir de ne jamais se faire attraper même si le scandale éclate ? Où est la justice pour les victimes ? Pourquoi ne pas abroger simplement cette loi injuste ?

  • Posté par Bastin Eric, vendredi 23 septembre 2022, 14:01

    C'est en partie, je crois, parce que l'on estime que les personnes peuvent changer au cours de leur vie, et que juger quelqu'un pour des faits qu'il a commis 20 ou 30 ans plus tôt, c'est juger et éventuellement condamner une personne qui n'est plus la même. D'où l'intéressante notion de "sérialité" : si la personne a commis des faits comparables non prescrits, à une période plus récente, alors elle pourrait être jugée et condamnée pour des faits antérieurs en principe prescrits, puisque démonstration serait faite qu'il s'agit toujours d'une personne aux même penchants délictueux/criminels.

  • Posté par Moritz Montanez, vendredi 23 septembre 2022, 12:05

    Il faut se souvenir que la fille de PPDA était anorexique. Le soir-même du suicide de celle-ci sur les rails d'un métro parisien, PPDA présentait son journal comme d'habitude. Cette attitude m'avait tellement choqué en son temps que je n'ai jamais oublié combien l'homme me dégoûtait. Ce déballage ne m'étonne donc nullement.

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs