Accueil Belgique Politique

Données de santé: la Cour constitutionnelle détricote le CSI de Frank Robben

Le Comité de sécurité de l’information, déjà sous le feu des critiques, ne pourra plus octroyer des autorisations de données de santé à des tiers à des fins de recherche scientifique (comme Sciensano).

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 3 min

On l’avait presque oublié, mais toute une série de recours visant la légalité du cadre législatif mis en place pour lutter contre la pandémie de covid sont toujours en cours. C’était le cas de celui introduit par l’ASBL « Vivant Ostbelgien », plusieurs députés germanophones et la Ligue des droits humains devant la Cour Constitutionnelle. Le verdict est tombé ce jeudi. La plupart des griefs à l’encontre de l’accord de coopération organisant le traçage des personnes infectées, de celles présumées infectées et de leurs contacts ont été rejetés.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, samedi 24 septembre 2022, 12:56

    Oui, pour une meilleure efficacité dans la gestion médicale ; car la Sécu coûte un bras à la société ... Mais STOP à ces potentats locaux, autoproclamés qui s'arrogent des pouvoirs échappant à tout contrôle Démocratiques ! Ils sont les véritables chancres de nos sociétés libérales.

  • Posté par O Zef, samedi 24 septembre 2022, 11:02

    il est à la fois contrôleur et contrôlé... mandataire public et fournisseur de services d'intérêt public... législateur, bénéficiaire et même juge de la législation...

  • Posté par Fonder Daniel, vendredi 23 septembre 2022, 19:25

    Il y a des politiciens dangereux qui laissent le champ libre aux liens multiples établis entre les base de données et livrent nos données privées à une vision non contrôlée par trop de personnes. Van Quickenborn est un bon exemple le Robben le couteau suisse d'autres ...

  • Posté par Bricourt Noela, jeudi 22 septembre 2022, 19:05

    Et en plus le patient ignore totalement le contenu exact de ses données. c'est fou ça. Si dans l'avenir les décideurs imaginaient de réduire les soins aux patients alcooliques? On fait quoi? Ou si le soignant commet une erreur dans l'encodage? Aucun droit pour le patient qui est un objet en fait. Pour des stats?

  • Posté par Joute Dodo, vendredi 23 septembre 2022, 0:07

    Ou pour les vendre à des sociétés commerciales qui en font ce qu'elles veulent.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs