Accueil Opinions Éditos

Procès des attentats de Bruxelles: le prix d’un choix avant tout sécuritaire

D’aucuns invoqueront une histoire belge de plus concernant la polémique des box des accusés du procès des attentats de Bruxelles. Mais celle-ci ne prête pas à sourire. L’heure est trop solennelle, l’enjeu trop lourd, la gifle trop sévère pour les acteurs du procès.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Tel un cheval lancé au galop – et aveuglé par ses œillères ? –, le SPF Justice, chargé de faire construire les box où siégeront des mois durant les accusés du procès des attentats du 22-Mars, a opté pour une solution maximaliste sur le plan sécuritaire. Une solution répondant au mieux aux exigences de l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam) et des forces de l’ordre, prenant la forme de neuf « aquariums » individuels et parfaitement hermétiques – exception faite d’une fine grille d’aération et d’une fente permettant d’y glisser un document. Du jamais vu dans un procès belge. Un rêve policier laissant peu de place au facteur risque, et dont le parquet fédéral a lui aussi fini par se faire l’avocat au nom de la sécurité et des inquiétudes bien sûr légitimes des victimes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Moriaux Raymond, vendredi 23 septembre 2022, 16:06

    Ou quand ceux qui ont à rendre la justice sont les otages de ceux qui l'administrent. Il est là le scandale, et nulle part ailleurs.

  • Posté par Lambotte Serge, vendredi 23 septembre 2022, 12:22

    Pauvre Justice Belge.

  • Posté par eric biltiau, vendredi 23 septembre 2022, 10:35

    Que de dogmatisme et de phraséologie de la part de certain pour faire croire que, dans un "état de droit" comme le nôtre, la Justice serait parfaite et sans reproche.A part systématiquement vouloir prendre la défense 'juridique"de ces délinquants en parlant de leurs droits, vous omettez de mettre sur le même pied leurs devoirs qu'ils n'ont manifestement pas (refus autorisé de parler, de se présenter aux audiences, de répondre en pouvant garder le silence,...). Vous évitez également de parler des frais qui incombent aux victimes (ou à leurs famille) par rapport à la gratuité dont ces crapules peuvent bénéficier. Un peu d'honnêteté ne serait pas inutile en détaillant toutes les lacunes qui existent au niveau de la "Justice" pour être équitable entre victimes et délinquants.

  • Posté par Masson Joël, vendredi 23 septembre 2022, 2:06

    La présidente de la Cour d’assises a vraiment fichu un beau bazar. Si on y ajoute sa décision surprenante sur les dessins de presse, on peut dire que cette magistrate ne fait rien pour donner une bonne image de la justice belge francophone, trop souvent critiquée pour sa mollesse et son laxisme.

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs