Accueil Énergie

Sortie du nucléaire: l’Etat peut-il prélever des milliards sur les surprofits nucléaires d’Engie?

Faux.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Parmi les idées politiques qui font leur bout de chemin, pour financer les mesures de crise, celle d’une taxation des « surprofits » réalisés par les grands énergéticiens. Côté belge, les regards se tournent en premier lieu vers Engie Electrabel, et ses réacteurs nucléaires, présentés par certains comme de véritables machines à cash. Mais aussi séduisante soit l’idée, sa mise en place risque d’être particulièrement complexe. Car Engie paye déjà une taxe spécifique sur les bénéfices de son activité nucléaire. Et l’Etat belge s’est engagé, contractuellement, à ne plus toucher à ce mécanisme de taxation, sous réserve de poursuite.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, vendredi 23 septembre 2022, 20:52

    Et qui va investir pour produire de l'énergie non polluante et moins chère?

  • Posté par Bragard Marie-Paule, vendredi 23 septembre 2022, 22:01

    Sûrement pas Engie. Il viendra pleurnicher à la porte pour dder une aide à l’état belge pcq vous savez on a pas d’argent….

  • Posté par Masure Luc, vendredi 23 septembre 2022, 18:58

    Merci au MR et à MaRghem qui a bétonné les bénéfices exorbitants d'Engie.

Aussi en Énergie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs