Accueil Belgique

Vive émotion autour de l’expulsion de Belgique d’une Iranienne de vingt ans

Malgré la mobilisation de collectifs mais aussi de députés, la jeune femme a été expulsée vendredi. Son avocate est « sans voix ». Elle n’a pas été notifiée de son départ. La Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration ne commente pas.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Je ne peux pas y retourner, ils vont me tuer. » Une vidéo tourne sur les réseaux sociaux depuis jeudi. Dans un avion, on peut entendre une voix de femme qui hurle « à l’aide, à l’aide, je ne peux y retourner. Ils vont me tuer ». Cette vidéo aurait été prise par des passagers d’un vol, ce mercredi, à destination de la Turquie, et la voix serait celle d’Aisha*, une jeune Iranienne de 20 ans.

Selon son avocate, Monica Bemba, contactée par Le Soir, Aisha est arrivée en Belgique le 24 juillet. « Elle a été maltraitée par son oncle paternel. Il voulait la marier de force avec un homme âgé et riche, ce qui est typique en Iran. Elle a refusé car elle était amoureuse d’un homme plus jeune. Son oncle les a surpris. Il l’a menacée avec des armes. Son père a alors décidé de l’exfiltrer avec de faux papiers. Il ne voulait pas que l’oncle tue sa fille. »

Depuis deux mois, Aisha était enfermée à Zaventem. Sa demande d’asile a été rejetée par manque d’éléments prouvant la véracité de son récit. Juridiquement, son expulsion est donc légale même si son avocate regrette le manque de transparence des autorités qui ne lui ont pas notifié le moment de l’expulsion, finalement à 15 heures ce vendredi, après un nouvel échec sur le vol de 11h30, selon l’Office des étrangers.

La quatrième tentative (il y en avait eu une première avant la vidéo) a donc été la bonne, malgré la forte mobilisation de plusieurs collectifs. « Tout ce que je demandais, c’est que nous puissions aller à deux au tribunal pour tenter de trouver une solution », regrette Monica Bemba.

Manque de transparence

L’avocate ne comprend pas non plus que les autorités belges n’aient pas tenu compte du contexte en Iran. Elle dénonce par ailleurs le fait que sa cliente ait reçu des coups lors de la précédente tentative d’expulsion.

Cette affaire a des répercussions politiques. Plusieurs députés se sont activés ces dernières heures en coulisses dont l’écologiste, Simon Moutquin. Il juge la situation « inacceptable à quelques jours du meurtre de Masha Amini » et parle d’une « faute morale » de la part du gouvernement. « Le combat pour remettre de l’humanité dans ces politiques est long et il brise des vies tous les jours », a-t-il conclu dans un tweet.

Contactée par Le Soir, le cabinet de la Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Nicole de Moor (CD&V), déclare qu’elle n’a pas à faire de commentaire sur cette situation : « Dans notre pays la procédure d’asile est évaluée de manière indépendante par le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA, NDLR) qui a pris des décisions dans ce dossier individuel. Les décisions sont confirmées par le Conseil du contentieux des étrangers. »

* Nom d’emprunt.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Moriaux Raymond, vendredi 23 septembre 2022, 18:39

    Trop tard. Elle est en route...

  • Posté par Delpierre Bernard, vendredi 23 septembre 2022, 17:23

    Ce contraste entre le laxisme généralisé vis-à-vis de soi-disant réfugiés appâtés par les avantages et qu'on ne renvoie pas illico presto et cette décision scandaleuse à l'égard d'une femme dont le seul crime est d'avoir voulu vivre selon son choix dans un pays où elles n'en ont pas même voilées de la tête aux pieds

  • Posté par collin liliane, vendredi 23 septembre 2022, 14:30

    Au contraire des hommes afghans, les femmes iraniennes doivent bénéficier chez nous d'un à priori favorable. ... si elles ne sont pas voilées. Sinon, elles n'ont qu'à assumer les conséquences de leur engagement politico-religieux.

  • Posté par eric biltiau, vendredi 23 septembre 2022, 16:56

    Tout à fait exact.

  • Posté par lambert viviane, vendredi 23 septembre 2022, 12:11

    Et encore un ECOLO dans le bastringue! Toute situation dramatique et scandaleuse est bonne pour se faire remarquer. Ceci étant, c'est quoi ce régime barbare pour les femmes, où l'oncle a plus d'autorité sur une fille que son propre père ? Un ressortissant belge travaillant pour une ONG n'est-il pas toujours retenu en otage en Iran dans l'hypothétique echange avec un terroriste iranien?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une