Accueil Opinions Chroniques

«Tableau Delvaux»: L’été des renards affamés et des arbres morts

Le quotidien flamand « De Standaard » demande à Béatrice Delvaux de livrer chaque mois un essai qui paraît dans son édition du week-end. « Tableau Delvaux » est la version francophone de cette chronique. Cette semaine : Au festival littéraire du Bleuet, dans un Luberon surchauffé comme tant d’autres régions sur la planète, l’été dernier, il fut beaucoup question de changement climatique...

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 6 min

Banon, petit village de Haute Provence, adossé au plateau d’Albion, entre mont Ventoux et Montagne de Lure. Pépite enfouie loin du Luberon, peu connue si ce n’est pour son fromage emballé dans des feuilles de châtaignier, ses brindilles sèches de lavande ou de fenouil, et sa librairie ouverte tous les jours, toute l’année.

Ce 11 août, le Bleuet – c’est son nom – est en plein festival littéraire. Il est 16h mais il fait encore chaud. Très chaud. Pas de quoi faire renoncer les quelque deux cents personnes qui sont venues écouter David Van Reybrouck et son éditrice Françoise Nyssen, ex-ministre française de la Culture et âme d’Actes Sud.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, dimanche 25 septembre 2022, 11:26

    Imposer, forcer, obliger... Cessons d'instruire. D'ailleurs plus personne ne veut être enseignant, cela tombe bien. Enrôlons les enfants dans des mouvements éducatifs. Faisons marcher plein pot nos publicités. Gavons la société de propagande. Dressons toute cette populace bonne à rien et obligeons-la à la frugalité énergétique, à la pauvreté sociale et à l'indigence économique. Forains cette bête inculte. Décidément Madsme Delvaux, le temps ne fait rien à l'affaire. Votre désir de pouvoir est délirant. L'antroposophe et son dadet de Van Zeebroeck ont dû bien rigoler en vous écoutant.

  • Posté par lambert viviane, dimanche 25 septembre 2022, 11:27

    ...Forçons la bête... Désolée, madame !

  • Posté par Petitjean Marie-rose, samedi 24 septembre 2022, 22:06

    Il est certain que, face au réchauffement climatique, il faut une action collective et que celle-ci est urgente. Il est tout aussi certain que nous n'avons ni le temps ni la possibilité d'en convaincre tout le monde et qu'il nous faut des politiques qui auront le courage d'imposer les mesures nécessaires.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs