Accueil Société

Mobilité: le plan Good Move se heurte au rejet de Bruxellois

L’implémentation des nouveaux plans de circulation locaux rencontre parfois des difficultés sur le terrain. Certaines majorités communales marchent sur des œufs à l’heure de conclure un accord.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Quand on adopte des plans communaux de mobilité, il faut parfois à un moment donné que l’échevin concerné se remette en question et voit que ce type de plan n’est pas adapté à la configuration. Il faut revenir à la situation et revoir peut-être le schéma initial. Il ne faut pas attendre 3, 4 ou 6 mois. » Les propos viennent du député bruxellois et conseiller communal à la Ville de Bruxelles Sevket Temiz (PS). Ils concernent l’implémentation du plan régional Good Move dans le Pentagone. Son chef de file, le bourgmestre Philippe Close (PS), défend pourtant pleinement le plan mis en place le 16 août dernier. Les propos de l’élu socialiste illustrent les crispations politiques autour de l’arrivée des quartiers apaisés dans la capitale. A l’instar de Schaerbeek, le plan poursuit sa mise en place à Bruxelles-ville. En revanche, face aux vives protestations d’une partie des riverains, Anderlecht prévoit déjà de revoir sa copie à Cureghem. La tension était devenue trop forte.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

56 Commentaires

  • Posté par Fernández de Heredia María, lundi 26 septembre 2022, 23:28

    Le plan de la région n‘est pas un plan de trajets, d’axes, de synchronisation des feux, de sécurité routière.... non, c’est un objectif de diminuer le trafic de 24% en laissant les communes choisir les quartiers “ à apaiser”, tant s‘ils font partie d’axes transversaux ou pas. On n’a plus la possibilité d emprunter en voiture (ni en bus) sur des axes importants, comme le piétonnier du centre, et la région veut que tout le trafic passe par la petite ceinture, l avenue Louise et quelques grandes avenues. Mais les travaux des différents tunnels de la petite ceinture vont encore prendre du temps, les travaux du métro gare de Midi sont interminables, les feux pour traverser la petite ceinture provoquaient déjà des files ... les autorités vont devoir faire face à la colère des pompiers, ambulanciers, chauffeurs de la STIB, etc. Apart les “ méchants” conducteurs sans “culture de la non voiture”

  • Posté par Dupont Vincienne, lundi 26 septembre 2022, 22:55

    Au Vietnam quand on passait un quartier au napalm on appelait ça "pacifier". A Bruxelles quand on crée de la pollution et de la violence en suscitant des embouteillages monstres on appelle ça "apaiser". Et nos braves journalistes répètent ce mot comme des perroquets décervelés.

  • Posté par Dupont Vincienne, lundi 26 septembre 2022, 22:51

    Et un jour on s'étonnera, comme en Italie, que des gens peu recommandables arrivent au pouvoir ! Arrêtez vos conneries avant qu'il ne soit trop tard, bon sang ! Rien ne justifie qu'une route soit cernée par des pistes cyclables sur une largeur totale de 3 ou 4 mètres.

  • Posté par zay sergio, lundi 26 septembre 2022, 19:00

    les bruxellois ont ce qu'ils méritent pour continuer à voter aveuglement cette bande de criminels radicalisés mal déguisés en environnementalistes. Aux prochaines élections qu'ils leur donnent un violent coup de pied dans le popotin et le plan good move terminera dans le bac à ordures

  • Posté par Moritz Montanez, lundi 26 septembre 2022, 17:21

    On dirait un billet de propagande russe ! La litote "politique régionale d’apaisement de la mobilité" (au lieu tout simplement de "nouveau plan de mobilité") n'a rien à envier à "l'opération militaire spéciale" de Poutler. Et Le Swaaar dans ses efforts de propagande "écolo" n'a rien à envier à RT.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Enquête Info «Le Soir»: le Qatar soupçonné de corruption en plein cœur de l’Europe

Quatre interpellations et 16 perquisitions ont été réalisées ce vendredi à Bruxelles dans le cadre d’une vaste enquête anticorruption menée par le parquet fédéral. Un ancien eurodéputé et le patron de la Confédération internationale des syndicats ont été privés de liberté, soupçonnés d’avoir reçu les faveurs du Qatar. Révélations du « Soir » et de « Knack ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs