Accueil Monde Europe

Des opposants au président turc accusés «de provocation à la haine»

Dans la Turquie du président Erdoğan, pointée du doigt pour ses atteintes à la liberté d’expression et à l’indépendance de la justice, de plus en plus d’opposants sont poursuivis pour « provocation à la haine ». Le pouvoir instrumentalise un article du code pénal pour intimider et stigmatiser ses détracteurs, célèbres ou anonymes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La pique, lancée lors d’un concert à Istanbul au printemps dernier, n’a ressurgi qu’en août sur les réseaux sociaux. La vidéo dure six secondes, il manque l’ambiance et le contexte, mais on comprend que la chanteuse, tournée vers l’un de ses musiciens, le taquine entre deux morceaux sous les rires complices du public. « Il a fréquenté un lycée d’imams… C’est de là que vient sa perversion », s’amuse Gülsen, vedette de la pop turque depuis un bon quart de siècle.

Pour cette plaisanterie, dont elle s’est ensuite excusée, Gülsen Bayraktar Çolakoglu – de son nom complet – a passé cinq jours en prison, quinze en résidence surveillée, et risque une peine de trois ans si des juges la déclarent « coupable » au titre de l’article 216 du code pénal turc. Un article déjà ancien, mais qui jouit ces derniers temps d’un succès inédit.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Druide David, lundi 26 septembre 2022, 19:04

    Et pendant ce temps là tous ces ploucs européens vont se dorer la pilule au soleil en all inclusive pour pas cher, participant de facto à la politique de Herrdogan....

  • Posté par collin liliane, dimanche 25 septembre 2022, 19:02

    Déjà qu'on n'a jamais s'il y avait réellement eu un coup d'état il y a quelques années ou si c'était un simple prétexte pour se débarrasser de ceux qu'Erdogan jugeait indésirables...

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs