Accueil Société

Grogne sociale: les gilets jaunes font un flop pour leur rentrée bruxelloise

De l’aveu des organisateurs, il n’y avait pas grand monde dimanche à la gare du Nord. Mais, ceux qui étaient là, étaient bien remontés contre tout ce qui s’apparente à une autorité de l’Europe aux politiques en passant par les syndicats et le PTB.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

À mon avis, il n’y a pas encore assez de gens impactés… Ce n’est pas possible autrement. » Il n’y avait, en effet, pas foule au pied de la gare du Nord à Bruxelles dimanche après-midi. Environ 250 personnes – très encadrées par des policiers en nombre mais à distance – avaient répondu à l’appel des gilets jaunes. Dans un tract qui a circulé sur les réseaux sociaux ces derniers jours ils demandaient « du cash, plus de cash ».

Dans le groupe, on croisait une majorité de Wallons de tous les âges, venus en train. À peine une dizaine avait sorti la chasuble symbolique du mouvement lancé sur les ronds-points français, il y a quatre ans. Sur RTL un peu plus tôt, une certaine Bélinda avait d’ailleurs annoncé la fin des gilets jaunes, au profit des « citoyens en colère ». Une mutation démentie par plusieurs participants. Faute de porte-parole, difficile de s’y retrouver.

Même topo au niveau des revendications qui semblaient varier selon l’interlocuteur approché. Sur certains dos, on pouvait lire « Futur(e) SDF. Merci le gouvernement ! » mais aussi les quelque peu datés « ni guerre, ni injection ! ». La menace de l’instauration d’un « pass énergétique » aux contours pas vraiment définis, si ce n’est qu’il viendrait remplacer ou s’ajouter au pass sanitaire, revenait également. Le message principal restant, officiellement, de réclamer davantage de démocratie directe.

« Ce sont des corrompus »

Lors des discours, le gouvernement fédéral, l’Europe, ainsi que les médias « traditionnels » ont été la cible principale des intervenants. Plus surprenant, les syndicats « Bodson (Président de la FGTB, NDLR.) manipule le peuple » et le PTB en ont pris pour leur grade : « Ils font semblant d’être avec le peuple mais ce sont des corrompus qui ne méritent pas qu’on leur accorde de l’attention ».

La question du pouvoir d’achat était évidemment sur toutes les lèvres. « Je payais 80 euros par mois pour l’énergie dans mon petit appartement où j’habite seule », explique une dame qui se surnomme le chaperon rouge, visiblement en référence à la cape qu’elle porte. « Cela vient de passer à 132 euros du jour au lendemain. On va tous finir SDF ! Voilà pourquoi j’ai fait ces pancartes. »

Une motivation que l’on retrouve aussi chez Nicolas, gilet jaune et organisateur de l’événement de ce dimanche. Celui qui participe au mouvement depuis sa fondation ne cachait toutefois pas une certaine déception, vu le faible nombre de participant : « Notre but est d’éveiller la population à prendre conscience qu’il faut changer les choses. On s’attendait à ce qu’il y ait plus de monde. Bon, après on m’a encore coupé Facebook… »

Malgré ce flop, du moins si l’on compare aux dizaines de milliers de manifestants de la « marche de la colère » contre les mesures sanitaires en janvier 2022, les gilets jaunes comptent sur l’hiver et l’augmentation des factures pour gonfler les rangs. « On est seulement en train de relancer la machine », assure Nicolas. « On l’a déjà dit, mais c’est notre dernier avertissement avant la révolution ! »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Dubois Raymond, lundi 26 septembre 2022, 17:09

    Je n'ai PAS ENCORE COMPRIS le but de certaines manifestations - Y a -il un chef -un guide qui pourrait expliquer les revendications ???

  • Posté par Chachkoff Yann, dimanche 25 septembre 2022, 23:23

    Ces gens ne savent pas au juste ce qu'ils veulent, ni d'ailleurs comment l'obtenir. Ils ne sont "pour" rien, mais bien "contre" à peu près tout et n'importe quoi, du moment que ça représente à leurs yeux une contrainte ou une autorité. Comment s'étonner alors du peu d'adhésion au long terme à ce type de mouvement? Quelles perspectives d'avenir proposent-ils?

  • Posté par collin liliane, dimanche 25 septembre 2022, 23:35

    Aucune.

  • Posté par Mauer Marc, dimanche 25 septembre 2022, 20:19

    Énigme : lors de l’épisode précédent des gilets jaunes, il n’y avait pas d’inflation, et à les entendre, ils n’y arrivaient plus, alors que les prix étaient remarquablement stables. Aujourd’hui, il y a une inflation de 10%, et ils ne se bougent pas. Moi, ça me va très bien, mais il faudrait peut-être que quelqu’un leur explique non ?

  • Posté par ~ AJD, dimanche 25 septembre 2022, 18:01

    Déjà ce qui se trouve dans les extrêmes comme le PTB ou l'extrême droite, c'est 0 niveau QI, ici on va créer l'exploit d'avoir des QI négatifs. Une brochette de frustrés anti-tout. Quelle honte...

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko