Accueil Culture Musiques

«La Passione di Gesù», incroyable objet musical

Le chef et claveciniste argentin Leonardo Garciá Alarcón a créé sa première composition de grande envergure, un oratorio qui s’inspire de l’Evangile de Judas. C’était vendredi dernier à l’Abbatiale d’Ambronay, en France. Un événement !

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Il avait déjà réécrit la musique manquante du 3e acte d’El Prometeo d’Antonio Draghi. On savait le chef d’orchestre argentin Leonardo Garciá Alarcón possédé par le démon de l’écriture. C’est alors qu’il découvre, dans la Biblioteca Bodmeriana de Genève, un Evangile de Judas, apocryphe du IIIe siècle, et qu’il décide d’écrire un oratorio à partir de ce texte dont le livret est confié à Marco Sabbatini. Comme le dit le compositeur, cette Passione di Gesù se veut la synthèse de ses expériences dans le contrepoint de la Renaissance et du Baroque, comme chef, comme interprète mais aussi comme improvisateur et compositeur. C’est dire combien l’œuvre s’inscrit dans l’histoire du genre des Passions de 1530 à nos jours.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs