Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: pourquoi les négociations risquent de ne plus être une option

Des référendums ont lieu dans quatre régions d’Ukraine occupées par la Russie.

Temps de lecture: 1 min

Si la Russie annexe les régions sous son contrôle, alors les négociations ne seront plus une option, a déclaré Volodymyr Zelensky ce dimanche lors d’une interview avec CBS News.

Depuis ce vendredi se déroulent des référendums dans quatre régions occupées par la Russie : Donetsk, Louhansk, Zaporijia et Kherson. Les référendums se déroulent jusqu’à mardi, après quoi il est attendu que Vladimir Poutine, président russe, commence l’annexion des régions concernées.

À lire aussi Russie: «Entre la guerre et la prison, j’ai fait mon choix»

Zelensky avait déjà prévenu que des « pseudo-référendums » torpilleraient les négociations de paix.

À lire aussi Ukraine: «Poutine veut mettre Kiev et les Occidentaux devant le fait accompli»

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par José Dehove, lundi 26 septembre 2022, 17:57

    2014, perte de la Crimée . 2022, perte probable de 4 oblasts dans les prochains jours... Plus ou moins 100.000 soldats russes actuellement au front . 300.000 supplémentaires et sans doute un nouvel objectif plus ambitieux que 4 oblasts de l'est et du sud-est? Lequel??

  • Posté par STORDIAU Pierre, vendredi 30 septembre 2022, 17:34

    Mais oui; m'fi ... et demain nach Paris ? Jawohl , mein Führer !

  • Posté par Van Ryn Charles-axel , lundi 26 septembre 2022, 12:57

    Envahir un État indépendant en voulant l'annéantir, et pour ce faire le démilitariser et renverser le pouvoir de Kiev, constituent bien un CRIME ( crime d'agression) au sens du droit international, en recourant à un usage illégitime de la force en violation de la Charte des Nations unies.... La justice étant une condition essentielle à une éventuelle paix future, il ne peut être question d'impunité dans ce qui constitue le défi le plus grave à l'ordre international depuis 1945. La création d'un tribunal pénal international spécial s'impose dès lors afin de juger personnellement Poutine et ses acolytes pour ce crime d'agression, crime contre la paix au sens du memorandum de Nuremberg. La question de la preuve ne pose aucune difficulté puisque l'acte fondateur de cette guerre illégale réside dans l'ordre écrit donné par Poutine le 24 février dernier d'envahir l'Ukraine afin de la démilitariser et de la "dénazifier"en renversant ses dirigeants. Une inculpation de Poutine renforcerait a elle seule déjà son statut de paria sur la scène internationale. De nombreux juristes en droit international travaillent actuellement à préparer la création de cet indispensable tribunal pénal spécial. Que tous ceux qui ne cessent de prétendre qu'il faudrait négocier la paix à tout prix à présent avec l'agresseur, et évidemment aux conditions de ce dernier, réalisez qu'une véritable paix durable ne se fondera jamais sur l'impunité de crimes en tous genres commis ni sur la captation de territoires indépendants et la déportation massive de leurs habitants.

  • Posté par STORDIAU Pierre, lundi 26 septembre 2022, 12:28

    Des "négociations" à-la-Poutine style " reddition du gouvernement de Kiev" ou " annexion de l'Ukraine" ... ne sont plus appelées "négociation" ... mais ultimatum de "fait accompli" totalement inacceptable !!

  • Posté par ADAM Jean-Victor, lundi 26 septembre 2022, 11:13

    Pour s'en sortir, le nucléaire est la seule option pour la Russie. Les occidentaux ne veulent pas y croire. Naïfs et bientôt irradiés ou morts.

Plus de commentaires

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une