Accueil Monde Europe

Elections italiennes: des réactions contrastées à l’est et à l’ouest de l’Europe après la victoire de l’extrême droite

Giorgia Meloni et son parti post-fasciste, Fratelli d’Italia, arrive en tête dans les résultats partiels des élections de ce dimanche. Avec la Ligue et Forza Italia, elle disposera d’une majorité absolue à la Chambre des députés et au Sénat.

Temps de lecture: 3 min

En Europe, les réactions étaient mitigées lundi au lendemain de la victoire du parti post-fasciste de Giorgia Meloni aux législatives italiennes, Pologne et Hongrie affichant leur soutien tandis que France, Allemagne et Espagne restaient sur leurs gardes.

La France

La France sera «attentive» au «respect» des droits humains et du droit à l’avortement, a averti la Première ministre Elisabeth Borne : «Bien évidemment, on sera attentif, (avec) la présidente de la Commission européenne (Ursula von der Leyen), à ce que ces valeurs sur les droits de l’Homme, sur le respect des uns et des autres, notamment le respect du droit à l’avortement, soient respectées par tous», a-t-elle déclaré sur la chaîne BFMTV.

Mme Borne a toutefois estimé qu’il ne «fallait pas brûler les étapes» et rappelé qu’il «appartient désormais au président de la République (Sergio Mattarella) de désigner la présidente ou le président du Conseil».

L’Espagne

Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albarés a alerté lors d’un petit-déjeuner de presse sur le fait que «les populismes finissent toujours en catastrophe» et estimé que cette victoire intervenait à un moment où «deux modèles s’affrontent» en Europe, sur fond de guerre en Ukraine.

«Un modèle sur lequel parie le gouvernement espagnol et beaucoup d’autres pays en Europe qui est celui de la construction européenne» et un «autre modèle, celui de Vladimir Poutine, un modèle autoritaire dans lequel se retrouvent des forces politiques en Europe et même au sein de ce pays», a-t-il indiqué, en référence au parti d’extrême droite Vox.

À lire aussi Elections législatives en Italie: un scrutin boudé par la communauté italienne de Belgique

L’Allemagne

De son côté, l’Allemagne attend de l’Italie qu’elle reste «très favorable à l’Europe», a indiqué à la presse Wolfgang Büchner, porte-parole du gouvernement.

«L’Italie est un pays très favorable à l’Europe, avec des citoyennes et des citoyens très favorables à l’Europe, et nous partons du principe que cela ne changera pas», a-t-il lancé. Un porte-parole du ministère des Finances a lui indiqué que Berlin continuait d’attendre de Rome le respect des règles budgétaires européennes.

La Commission européenne

Bruxelles espère pour sa part qu’elle aura «une coopération constructive avec les nouvelles autorités italiennes», selon le porte-parole de la Commission européenne, Eric Mamer.

«La Commission et la présidente (Ursula von der Leyen) travaillent avec les gouvernements qui sortent des élections des pays de l’Union européenne. Il n’en va pas différemment dans ce cas-ci», a-t-il dit lors d’une conférence de presse quotidienne de l’exécutif européen.

À lire aussi Elections en Italie: le pays plonge dans l’inconnu après la victoire de l’extrême droite

La Pologne

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, a salué la «grande victoire» de Giorgia Meloni. «Grande victoire! Félicitations!», s’est exclamé M. Morawiecki sur Facebook, utilisant des émojis pour souligner que les deux pays seraient forts ensemble.

La Hongrie

En Hongrie, le Premier ministre nationaliste Viktor Orban, par la voix sur Twitter de son directeur politique, le député Balazs Orban, a également félicité Giorgia Meloni, ajoutant que «nous avons plus que jamais besoin d’amis partageant une vision et une approche communes de l’Europe».

Des partis d’extrême droite européens se réjouissent de cette victoire

Dans plusieurs pays européens, les formations d’extrême droite se sont réjouies de la victoire de Mme Meloni.

«Le peuple italien a décidé de reprendre son destin en main en élisant un gouvernement patriote et souverainiste», a tweeté la française Marine Le Pen, du Rassemblement National (RN).

«Nous jubilons avec l’Italie! Félicitations à toute l’alliance», a estimé en Allemagne Beatrix von Storch, vice-présidente du groupe AfD au Bundestag.

Pour le leader du parti espagnol Vox, Santiago Abascal, Mme Meloni «a montré la voie vers une Europe fière et libre de nations souveraines», estimant que «des millions d’Européens plaçaient leurs espoirs dans l’Italie».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Van Ryn Charles-axel , lundi 26 septembre 2022, 19:51

    Elle trône fièrement sur toutes les affiches de mme Meloni, la flamme tricolore ,symbole emblématique de l'extrême droite faisant clairement référence au Mouvement Social Italien de G.Almirante, parti néo fasciste et réceptacle des nostalgiques du régime mussolinien. Les symboles ça compte et cela signifie énormément, notamment faire référence aux racines inspiratrices d'un combat politique. Donc ne nous y trompons pas, cette flamme n'est absolument pas là par hasard...

  • Posté par Naeije Robert, lundi 26 septembre 2022, 16:30

    "Giorgia Meloni et son parti post-fasciste". ? On ne dit pas "Mélenchon et son parti post-trotskyste" ou "Iglesias et son parti post-bolivariste" etc. Pour Hedebouw, son parti le PTB n'est pas qualifié de "post-communiste" il l'est encore... Il serait préférable que les journalistes informent des contenus de programmes politiques actualisés, plutôt que de lancer sans cesse des épithètes disqualifiantes. Mais il y a à faire...

  • Posté par massacry olivier, mardi 27 septembre 2022, 10:57

    < semble faire le trajet inverse> vous voulez rire !!! Hitler gauchiste , oups c'est le grand bêtisier ce soir

  • Posté par collin liliane, lundi 26 septembre 2022, 23:34

    Mussolini a d'abord été membre du Parti socialiste italien (PSI) et directeur du quotidien socialiste Avanti! Comme Hitler, fondateur du Parti national-socialiste des travailleurs allemands, en allemand : Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei (d'où le sigle NSDAP). Ils ont commencé à gauche et fini à l'extrême-droite. Meloni, elle, semble faire le trajet en sens inverse.

  • Posté par massacry olivier, lundi 26 septembre 2022, 19:16

    < Moi je crois que Mussolini était un bon politicien>, pour le son et l'image, ici: https://twitter.com/i/status/1567191986976743425

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une