Accueil Opinions Cartes blanches

En finir avec l’identité?

L’identité n’est pas qu’un nom et un prénom. Mais comment la définir ? Plusieurs philosophes et écrivains s’y sont essayés…

Carte blanche - Temps de lecture: 3 min

J’ai toujours eu un problème avec mon identité. D’abord avec mon nom Sojcher. On ne sait pas comment le prononcer avec son j. Soché, disait mon professeur de linguistique, Sotcher, Sprotcher. En Italie, Je réserve un restaurant au nom de Socerino.

L’identité ne tient pas qu’à un nom mais aussi à un prénom. Aron, le prénom de mon père, le désignait comme juif. Juif est une identité.

Devenu professeur à l’université, j’avais l’impression que l’on prenait ma fonction pour mon identité. Professeur, oui, mais pas que, juif, oui, mais pas que, homme, oui, mais pas que, vieux, oui, mais pas que. Un accordéon d’identités.

Edmond Jabès, l’auteur du Livre des questions, parle de sa « répugnance à tout enracinement. » Il précise : « j’ai l’impression de n’avoir d’existence que hors de toute appartenance… cette non-appartenance est aussi ce qui me rapproche de l’essence du judaïsme. » Proximité avec Maurice Blanchot.

Gilles Deleuze parle de déterritorialisation, d’un devenir « qui comprend le maximum de différence. » Un devenir femme, tzigane, animal…

Une possibilité de refuser l’identité, selon Delphine Horvilleur

Et voici que je lis Il n’y a pas d’Ajar de Delphine Horvilleur, au sous-titre provocateur : « Monologue contre l’identité. » Partant du pseudonyme de Romain Gary, qui est dèjà le pseudonyme de son nom de naissance, Roman Kacew, et qui devient ensuite Ajar, Delphine Horvilleur parle d’un « au-delà de soi », d’une possibilité de refuser l’identité.

Le refus de quoi ? D’être « entièrement défini par notre naissance, notre sexe, notre couleur de peau ou notre religion », par notre nom d’origine. Comme Jabès, elle voit dans ce refus « la défiance juive à l’égard de l’identité. » Être toujours « un étranger aux siens, à toute identité claire et à toute appartenance évidente. » Se déprendre de soi-même, dit Foucault, du pouvoir du nom propre. À lire aussi Les Racines élémentaires ont 10 ans: le best of, les coulisses

Cette démarche de dépossession est surtout celle des philosophes, des écrivains, des lecteurs de fiction qui deviennent « les enfants des livres qu’ils ont lus. » Il s’agit de s’inventer d’autres vies, de s’ouvrir à la pluralité, d’en finir avec la Vérité de l’identité fermée sur elle-même dans sa pureté intégriste.

La complexité de notre finitude et de notre désir d’infini

Dans le judaïsme, Dieu est à la fois un et pluriel (Élohim). On ne connaît pas son nom ineffable. Dieu peut parfois prendre une forme féminine (la Shekina). Si nous sommes faits à sa ressemblance, nous n’avons pas une essence identitaire. Pour la rabbine Horvilleur, croire, c’est peut-être croire en l’inconnu qui nous sauve de la clôture identitaire, de la religion comme idolâtrie.

Pourtant l’identité persiste, Delphine Horvilleur signe son livre, sans prendre de pseudonyme. Sans son identité, elle n’aurait pas pu l’écrire.

L’entre-soi n’a pas non plus disparu, Delphine est rabbine, juive, elle appartient à une communauté. « Oui à l’entre-soi, mais à condition qu’on sache toujours qu’on est plusieurs chez soi », qu’on est aussi en devenir vers l’autre. « L’origine, ça ne compte jamais autant que ce qui t’arrive en retour. »

Le devenir s’appelle transcendance, dépassement de son ego, de sa tribu, de « l’étrange je », dit Jabès.

Nous sommes toujours dans l’entre-deux de notre identité et de son dépassement, dans la complexité de notre finitude et de notre désir d’infini.

 

À lire aussi Les Racines élémentaires ont 10 ans: le best of, les coulisses

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Haegelsteen Philippe, vendredi 30 septembre 2022, 10:46

    Quand les intellos se masturbent, c'est obscène ...

  • Posté par Jean Luc, vendredi 30 septembre 2022, 0:02

    Quel-est l'intérêt de cet exposé indigeste de la psychiatrie juive ?

  • Posté par Dupont Vincienne, vendredi 30 septembre 2022, 5:17

    Cet exposé à de nombreux intérêts pour ceux qui savent le lire. Il pourrait même vous servir de miroir. Avez-vous remarqué à quoi ressemble votre propos ?

  • Posté par S M, jeudi 29 septembre 2022, 13:48

    Soit il s'agit d'expliquer qu'on se crée un soi en poussant les murs des carcans psychosociaux qui nous ont vu naître dans un temps et un lieu et on le sait tous. Soit il s'agit du résumé d'un chemin psychanalytique qui n'intéresse que les convertis. Soit c'est un discours prosélytiste pour tous les wokismes qui ne dit pas son nom et c'est surnois et dangereux...

  • Posté par Dupont Vincienne, vendredi 30 septembre 2022, 5:31

    Il me semble que cette méditation (il s'agit d'une méditation plus que d'un exposé) est à l'opposé de ce que vous appelez "wokisme" et qui se caractérise au contraire par une survalorisation des identités fixées (avec l'idée par exemple qu'un Noir doive être Noir avant tout, ou celle qu'un acteur hétérosexuel ne devrait pas jouer un personnage homosexuel, etc.). La réflexion du professeur Socerino est plutôt un partage de ce que la sagesse juive peut apporter au monde et qui se résume dans cette phrase : "souviens-toi que tu as été étranger en Egypte". C'est bien là ce que le judaïsme peut apprendre au monde (de même que le bouddhisme peut nous apprendre la méditation ou que la sagesse des indigènes américains peut nous apprendre un autre rapport à la nature). Ce souvenir qu'on a été étranger (ou traité comme tels par ceux qui nous entourent) c'est un élément central de l'expérience juive: même les commentaires sous ce texte sont là pour le rappeler. Il en ressort une sagesse particulière qui pourrait en effet inspirer le monde (sans prosélytisme aucun). Cette sagesse se constitue d'un véritable enracinement (Sojcher écrit en son nom propre) mais qui est aussi conscient qu'il est en marche et comme détaché de soi. Un rapport aux "racines" qui n'est pas celui du tronc de l'arbre, mais celui du fruit ou de la graine, en marche vers ailleurs et une nouvelle fertilité.

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une