Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: pour Vladimir Poutine le conflit est l’un des résultats de l’«effondrement de l’Union soviétique»

L’Union soviétique a été dissoute le 26 décembre 1991.

Temps de lecture: 2 min

Le président russe Vladimir Poutine a estimé jeudi que les conflits en ex-URSS, notamment celui en cours entre la Russie et l’Ukraine, étaient « bien sûr » le résultat de l’« effondrement de l’Union soviétique » et a accusé l’Occident de semer la discorde.

« Nous savons que l’Occident élabore des scénarios pour attiser de nouveaux conflits dans l’espace de la CEI (la Communauté des Etats indépendants, une organisation intergouvernementale composée en 2020 de neuf des quinze anciennes républiques soviétiques, NDLR). Mais nous en avons déjà assez (de conflits) », a-t-il déclaré, lors d’une réunion avec des responsables des services de sécurité de pays membres de la Communauté des États indépendants, qui rassemble d’anciennes républiques soviétiques.

« Il suffit de regarder ce qui se passe en ce moment entre la Russie et l’Ukraine, ce qui se passe aux frontières de certains pays de la CEI. Tout cela, bien sûr, ce sont des résultats de l’effondrement de l’Union soviétique », a-t-il poursuivi.

À lire aussi La «mobilisation partielle» en Russie: entre désorganisation et contestation

Le président russe a également affirmé qu’un « ordre mondial plus juste » était en train de se former via « un processus difficile ». « Une hégémonie unipolaire s’écroule inexorablement, c’est une réalité objective que l’Occident refuse catégoriquement d’accepter. Et nous voyons tout ce qui en découle », a-t-il affirmé.

« En s’accrochant au passé et en essayant de mener une politique de diktat dans tous les domaines – des relations internationales à l’économie, en passant par la culture et le sport – ce fameux Occident collectif crée de nouveaux problèmes et de nouvelles crises », a encore lancé M. Poutine.

Le 16 septembre, lors d’un sommet régional asiatique, Vladimir Poutine s’était déjà posé en contrepoids de l’ordre occidental, en se félicitant du « rôle croissant des nouveaux centres de pouvoir ». Par le passé, Vladimir Poutine a qualifié l’effondrement de l’URSS comme « la plus grande catastrophe géopolitique » du XXe siècle.

À lire aussi Du libéral modéré au va-t-en-guerre, l’étrange mue de Dmitri Medvedev à la faveur de la guerre en Ukraine

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

22 Commentaires

  • Posté par Mauer Marc, vendredi 30 septembre 2022, 13:06

    La vision russe de la dislocation de l’URSS a de quoi laisser pantois. Elle s’est effondrée de l’intérieur, minée par un non fonctionnement des institutions, de l’économie. On n’allait quand même pas payer pour la maintenir ?

  • Posté par Van Ryn Charles-axel , jeudi 29 septembre 2022, 22:01

    Le KGB l'avait déjà recalé sèchement à l'examen d'admission à la fonction d'espion au service de l'Etat soviétique, au motif qu'il n'avait pas conscience de la dangerosité de certaines de ses décisions. 45 ans plus tard ça ne s'est franchement pas amélioré de ce point de vue. S'il survit à ce désastre dans lequel il s'est engagé par sa seule décision, son ordre écrit du 24 février 2022 d'envahir l'Ukraine avec 130.000 hommes, preuve irréfutable du crime commis, lui vaudra le plaisir d'être inculpé pour "crime d'agression"(protocole de Nuremberg) par le Tribunal pénal international spécial en préparation. S'il survit...

  • Posté par José Dehove, jeudi 29 septembre 2022, 20:30

    Là Poutine fait concurrence à La Palice : il enfonce une porte ouverte . Le Droit Humain n'existe que fort peu là bas .

  • Posté par De Kegel André, jeudi 29 septembre 2022, 19:27

    Que Poutine aille plus loin ne me dérange pas à condition qu'il ne dépasse pas les frontières de l'ex URSS. Et ce faisant, il sera plus malin que nos dirigeants qui sont totalement incapables de gérer un conflit relativement anodin pour les occidentaux. Von der leyen, cela suffit. Vos âneries nous conduisent directement dans la fosse sceptique sans passer par les égouts déjà bouchés par votre clique de conseillers. BELGES: OUVREZ LES YEUX. Il n'est pas trop tard mais cela devient très urgent. Messieurs les insulteurs habituels qui passez 14 à 15 heures devant votre écran pendant que le citoyen honnête travaille , je vous néglige.

  • Posté par Maesen Jean-Luc, vendredi 30 septembre 2022, 10:54

    "Que Poutine aille plus loin ne me dérange pas à condition qu'il ne dépasse pas les frontières de l'ex URSS" : M. <De Kegel>, êtes-vous vraiment certain que c'est de cette manière que réfléchissent les habitants des pays qui ont du subir pendant 45 ans le "joug soviétique" ? La certitude qu'une (large) majorité d'Estoniens, de Lettons, de Lituaniens, de Polonais, de Hongrois, de Slovaques, de Tchèques, de Roumains, de Bulgares, sans parler d'une partie non-négligeable des Allemands (de l'Est) accueillent vos propos "avec mansuétude" doit être proche du "zéro absolu"... Le cynisme ne devrait jamais dépasser certaines bornes.

Plus de commentaires

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une