Accueil Culture Cinéma

Au FIFF, à la découverte des jeunes talents de la diaspora francophone

Pas de grosses pointures françaises attendues à Namur, ni de grands films. Mais l’éducation à l’image est un des points forts avec le FIFF Campus.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Remettre le public au centre de l’événement est l’objectif de Nicole Gillet, déléguée générale du Festival international du film francophone (FIFF), et de son équipe. Qu’est-ce que cela veut dire pour cette 37e édition ? A défaut d’avoir de grands noms du cinéma français qui, jadis, d’Alain Delon à Vanessa Paradis, en passant par Jean Rochefort ou Audrey Tautou, faisaient œuvre de locomotives, apportaient du glamour à la manifestation et permettaient de dérouler le tapis rouge, le Festival de Namur, qui vit dans un budget serré, salue le cinéma francophone à travers ses films. Des films en provenance du Québec, de la Suisse, de Tunisie, d’Afrique centrale, du Rwanda et de Roumanie. Le but est de faire découvrir au public des jeunes talents de la diaspora francophone.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs