Accueil Monde Union européenne

Comment faire baisser les prix du gaz? La question divise l’Union européenne

Quinze pays, dont la Belgique, plaident le plafonnement général des prix du gaz. La Commission ne privilégie pas cette option. Vives discussions en vue, ce vendredi, au Conseil des ministres de l’Energie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

C’était il y a trois semaines : les ministres de l’Energie avaient sifflé la fin de l’été. A leur arrivée au rond-point Schuman pour un Conseil extraordinaire, ils exprimaient leur détermination à agir, au niveau européen, sur les prix de l’énergie, relayant au passage les vives inquiétudes nationales… Pas question de rentrer dans nos capitales sans résultat, martelaient-ils. Il fallait envoyer des messages clairs : de soutien aux citoyens et entreprises, de fermeté aux marchés. Au final ? Une demande, insistante, à la Commission de proposer, pour la mi-septembre, un ensemble de mesures, parmi lesquelles « des interventions temporaires d’urgence, en ce compris un plafonnement des prix du gaz ». A la fois, précisaient les conclusions de la réunion, pour limiter l’impact sur les prix de l’électricité et sur la facture énergétique des consommateurs.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Z Pour Zorglub , dimanche 2 octobre 2022, 1:05

    Donc en clair, ils ont lancé une idée et cherchent comment contrôler un marché libre où l’europe n’est ni le principal consommateur ni même un producteur. La seule idée est d’aller voir la chine, l’inde et les pays producteurs et de leur dire n’achetez pas au delà du prix que nous vous dictons et aux autres ne vendez pas au delà du prix que nous souhaitons. Une première année d’économie sait immédiatement que cela ne peut pas marcher dans un marché mondial concurrentiel mais à la commission, ils y croient et foncent dans le mur. C’est donc notre seule option pour passer l’hiver sans gazoduc en état de marche, un dollar stratosphérique, des livraisons uniquement par tankers américains et l’épée de Damoclès d’une guerre atomique . Un continent entier en perdition, sans aucun capitaine. Ça fait peur.

  • Posté par Bogaerts Jean Luc, vendredi 30 septembre 2022, 11:19

    Elle est géniale, cette Europe "unie" !

  • Posté par Rabozee Michel, jeudi 29 septembre 2022, 21:09

    "met en garde contre les risques de pareil plafond général qui pourrait, d’une part, faire repartir à la hausse la consommation" ==> ben, déjà, grâce à Tinne, en Belgique, la consommation de gaz va exploser (sans jeu de mots). Grâce à elle, on va supprimer des unités nucléaires fournissant 50 % de l'électricité (5 kWh) pour les remplacer par des centrales à gaz !!!

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 30 septembre 2022, 8:55

    Surtout grâce à tes copains du MR2. Ceux qui était de tout les gouvernements depuis la promulgation de la loi de sortie du nucléaire. Qu'ont-ils fait? Ils ont regardé le plafond et prévu la construction de 7 centrales au gaz! Pourquoi? Parce que les centrales nucléaires appartiennent à Engie, résultat de la fusion de Suez et de Gaz de France. Le parc nucléaire d'Engie est essentiellement localisé en Belgique. Comme toute entreprise "moderne", elle essaie de se défaire de ses activités non stratégiques comme le nucléaire dans son cas pour ce concentrer sur sa cible, le gaz et le renouvelable. Alors les simagrées actuelles du MR2 auront pour seul but d'encore engraisser plus Engie pour lui donner l'envie de conserver au moins une partie de son parc nucléaire. Donc oublier une quelconque baisse de prix de l'énergie. Il vous a probablement aussi échappé que le coût de la gestion des déchets théoriquement à charge de l'exploitant, le sera à 50/50 entre l'exploitant et l'état (c.à.d nous). Autant dire que la prochaine étape ce sera 100% pour l'état. Socialisation des pertes et capitalisation des bénéfices. Elle est pas belle la vie nucléaire? Ce qui m'amuse, c'est que finalement les gens comme vous seront les dindons de la farce à l'insu de leur plein gré.

  • Posté par Rabozee Michel, jeudi 29 septembre 2022, 21:10

    (5 GWh évidemment, merci au "correcteur" orthographique...)

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs