Accueil Société Enseignement

Crise énergétique: non, les universités ne fermeront pas leurs portes pour faire des économies

Face à l’augmentation des prix de l’énergie, les universités et établissements d’enseignement ont prix de premières mesures pour limiter les coûts.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Par un souci d’économie, dans un contexte de flambée des prix de l’énergie, l’Université de Strasbourg souhaitait maintenir portes closes deux semaines supplémentaires cet hiver : en prolongeant les vacances de noël et en donnant cours une semaine à distance. Un retour dans le passé vivement critiqué par les organisations syndicales, et qui a finalement été rejeté par le Conseil de la formation et de la vie universitaire. En Fédération Wallonie-Bruxelles, les établissements peuvent prendre des mesures spécifiques, mais le passage au distanciel n’est pas à l’ordre du jour. « Pour des raisons pédagogiques, il est important de maintenir le présentiel », soutient le porte-parole de l’Université de Liège.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs