Accueil Culture Scènes

Joëlle Sambi, la poétesse qui cogne et soigne à la fois

C’est notre Kae Tempest à nous ! Reine belge du spoken word, Joëlle Sambi absorbe les violences et les hypocrisies de notre monde pour transformer sa poésie punchy en armes d’autodéfense. Entre slam, musique électro et krump, ses « Angles morts » élargissent paradoxalement la vue.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Sur le plateau de la Balsamine trône un sac de boxe. Un de ces lourds boudins de cuir rembourrés, typiques des rings et sur lesquels pleuvent généralement les poings. Dans Angles morts pourtant, pas un petit bout de phalange n’ira s’écraser sur le sac de frappe, suspendu dans la lumière. Et pour cause ! Quand Joëlle Sambi boxe – et c’est peu dire qu’elle cogne avec la puissance d’un Mohamed Ali –, c’est avec les mots. Quand elle rosse les violences et les hypocrisies de notre monde, c’est avec la force d’une poésie chargée de luttes hybrides (afroféministes, lesbiennes, antiracistes).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Les coups de cœur du MAD

White Noise questionne la société d’hier et d’aujourd’hui , la prospérité à outrance et la masturbation intellectuelle. Kore-eda n’a rien perdu de sa force narrative. Le tour de force poétique et musical de Daria Nelson et Mathias Malzieu ?

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs