Accueil Énergie

Les Belges face à la crise - Etienne et Régine Grandchamps: «On ne va chauffer que deux pièces cet hiver»

Le couple de libraires de Charleroi a vu sa facture de gaz exploser. Vivant déjà sobrement, ils vont rogner sur le seul poste de dépense compressible : le chauffage. « On mettra un pull et on rajoutera une couette sur le lit. »

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Le soleil perce la verrière du Passage de la Bourse et réchauffe cette galerie classée du cœur de la Ville basse carolo. Ce regain de chaleur, après un début d’automne pluvieux, est le bienvenu. Dans sa librairie de livres anciens et de seconde main, La Fafouille, Etienne Grandchamps trie quelques ouvrages, derrière son comptoir. « Je ne chauffe plus mon magasin », explique-t-il. « Les gens ne sont pas surpris qu’il n’y ait pas de chauffage dans une boutique de livres. Ce n’est pas comme dans un restaurant. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, dimanche 2 octobre 2022, 16:25

    Le papier a bulles est-il vraiment efficace ? Il a l'avantage de laisser passer la lumière du jour mais je doute de ses capacités d'isolation .

  • Posté par Moritz Montanez, lundi 3 octobre 2022, 13:09

    Le papier bulle emprisonné l'air et est donc assez efficace comme "double vitrage à petit prix". On évalue sa performance à environ 5 degrés de déperdition en moins.

  • Posté par Moritz Montanez, vendredi 30 septembre 2022, 21:29

    Le libraire Grandchamps avait en son temps pris fait et cause pour le projet Rive Gauche dont il fustigeait les détracteurs. Il prétendait alors que cela allait "relancer le commerce à Charleroi" alors qu'il était évident que ce ne serait jamais le cas. Aujourd'hui, après que le promoteur est parti avec sa plus-value de 150 millions dès la fin des travaux, en ayant étouffé toute concurrence qui aurait pu lui faire ombrage (la ville basse est un vrai désert), je suis assez satisfait que le bonhomme vivote. De nombreuses familles de commerçants depuis plusieurs générations ont été expropriées et ont perdu leur gagne-pain. Son attitude n'y est probablement pas étrangère.

Aussi en Énergie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs