Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: l’armée russe dit «s’être retirée» de Lyman dans l’est du pays

L’armée russe a annoncé samedi « s’être retirée » de la ville de Lyman, un important nœud ferroviaire dans l’est de l’Ukraine que les soldats ukrainiens avaient déclaré « encercler » ces dernières heures.

Temps de lecture: 4 min

Menacées de se faire encercler, les troupes alliées ont été retirées de Lyman vers des lignes plus favorables », a indiqué dans un communiqué le ministère russe de la Défense. Plus tôt, les Ukrainiens avaient, eux, affirmé « entrer » dans Lyman, située dans la région de Donetsk, annexée vendredi par Moscou.

L’armée ukrainienne est entrée samedi dans Lyman, ville stratégique de l’est de l’Ukraine, dans la région de Donetsk, dont l’annexion la veille par Moscou a été fermement condamnée par Kiev et des Occidentaux. Kiev a également condamné la « détention illégale » du patron de la centrale nucléaire de Zaporijia (sud), Igor Mourachov, arrêté pour une raison encore inconnue vendredi par la Russie qui contrôle le site.

« Nous déployons notre drapeau national »

L’annonce a été faite en milieu d’après-midi : « Les forces d’assaut aériennes ukrainiennes entrent dans Lyman, dans la région de Donetsk », a indiqué sur Twitter le ministère ukrainien de la Défense.

Dans une vidéo d’une minute qui accompagne le message, on aperçoit deux soldats ukrainiens agiter puis accrocher le drapeau national bleu clair et jaune à côté du panneau « Lyman », à l’entrée de la ville. « Nous déployons notre drapeau national et le posons sur notre territoire. Lyman fera toujours partie de l’Ukraine », affirme l’un des deux militaires, sourire aux lèvres. Un peu plus tôt samedi, l’armée ukrainienne avait affirmé avoir « encerclé » plusieurs milliers de soldats russes dans cette ville de la région de Donetsk, annexée vendredi par la Russie.

Selon un porte-parole, « environ 5.000-5.500 Russes » étaient retranchés dans et autour de Lyman ces derniers jours. La prise entière de Lyman serait une victoire clé pour Kiev, avec la conquête de cet important noeud ferroviaire dans la région de Donetsk, annexée vendredi par la Russie.

Réagissant au retrait russe de la ville, le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a dénoncé le «népotisme» régnant dans l’armée russe et appelé Moscou à utiliser «des armes nucléaires de faible puissance» en Ukraine, sans tenir «compte de la +communauté occidento-américaine+».

L’Ukraine, candidate à l’Otan

A la suite de l’annexion de quatre régions ukrainiennes par Moscou, Kiev a annoncé saisir la Cour internationale de justice (CIJ), « exhortant la Cour à se saisir du dossier le plus vite possible ». Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a aussi annoncé qu’il allait « signer la candidature de l’Ukraine en vue d’une adhésion accélérée à l’Otan », une décision soutenue par les Etats-Unis et le Canada.

« Nous soutenons fermement l’entrée dans l’Otan de pays qui souhaitent y adhérer et qui peuvent y apporter leurs capacités », a déclaré le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken, tout en rappelant « le processus à suivre » pour les Etats candidats.

Vendredi soir, le président russe Vladimir Poutine avait de son côté conclu une journée de cérémonies pour l’annexion des territoires ukrainiens. « La victoire sera à nous », a-t-il lancé, micro en main, devant plusieurs milliers de personnes réunies pour un concert festif sur la place Rouge à Moscou.

« Annexion illégale »

Les dirigeants des pays de l’Union européenne ont publié vendredi une déclaration « rejetant » et « condamnant » l’« annexion illégale » de quatre régions ukrainiennes.

L’Otan a dénoncé une annexion « illégitime », tandis qu’à New York le Conseil de sécurité de l’ONU a examiné une résolution condamnant les « pseudo-annexions » en Ukraine, qui a immédiatement été bloquée par un veto de la Russie.

Le président américain Joe Biden a lui juré que les Etats-Unis et leurs alliés ne se laisseraient pas « intimider » par le M. Poutine.

Les récents succès militaires côté ukrainien ont par ailleurs poussé le président russe à décréter une mobilisation « partielle » de centaines de milliers de réservistes civils, pour tenter d’endiguer la dynamique de Kiev.

À lire aussi Guerre en Ukraine: à Moscou, la peur commence à être palpable

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Lefèvre Philippe, samedi 1 octobre 2022, 22:53

    Espérons que les Russes ne retirent pas leurs troupes pour éviter de les contaminer. Dommage que les USA et les Européens n'aient pas dépensé autant d'énergie pour faire respecter les accords de Minsk. Il vaut mieux un mauvais accord qu'une bonne guerre, sauf pour les marchands d'armes.

  • Posté par Chachkoff Yann, dimanche 2 octobre 2022, 7:11

    Ah, et ils auraient dû faire quoi, les Européens et les Américains, pour 'faire respecter les accords de Minsk' ? La meilleure stratégie à l'époque aurait été de vendre des armes modernes aux Ukrainiens, pour leur permettre de contrer plus efficacement les attaques des troupes de la DPR; mais la vente d'armes est justement ce que vous dénoncez ! Et, ainsi que l'Histoire l'a démontré à de nombreuses reprises, un mauvais accord ne résout rien et conduit généralement à la montée d'un "esprit de revanche" et à une reprise rapide des hostilités.

  • Posté par collin liliane, dimanche 2 octobre 2022, 0:00

    Pour les primaires du PTB, tout ne peut jamais être que de la faute des USA et des Européens... Bravo aux Ukrainiens de se battre avec autant d'acharnement car avec Poutine, il n'y aura même pas de mauvais accord: il ne peut y avoir qu'un abandon sans conditions d'une partie de l'Ukraine. Et de plus, le fasciste du Kremlin ne peut plus se servir de l'arme atomique contre la région de Donetsk puisqu'à à son avis en tout cas, elle est désormais territoire russe. On n'a jamais vu un dictateur aussi cinglé qu'il soit envoyer des missiles sur son propre pays.

  • Posté par Warum Tùculo, samedi 1 octobre 2022, 18:43

    L'arme nucléaire ne fait pas peur et c'est très bien. Putin le dictateur doit comprendre qu'il doit cesser ou c'est le feu nucléaire mondial, et il personne ne gagnera.

  • Posté par Lefèvre Philippe, samedi 1 octobre 2022, 23:04

    Je n'ai pas votre tendance suicidaire et cela me fait peur. La mort serait encore agréable par rapport aux souffrances dues aux irradiations. Renseignez vous sur les bombes de Nagasaki et Hiroshima.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une