Accueil Économie

L’Europe du rail patine sur la sécurité

Jo Cornu (SNCB) l’a annoncé : il existe 50 versions incompatibles du système de sécurité qu’on voulait unifier à travers l’Europe du rail. Exactement l’inverse des objectifs. Avec tout ça, l’agenda de la sécurisation du rail belge devient « tendu ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Créer une zone unique pour le rail en Europe, y harmoniser la sécurité, supprimer les barrières techniques, simplifier l’accès des consommateurs… c’est le credo de l’Europe du rail à travers son agence européenne. Un des moyens d’y arriver, c’est en imposant l’« European Train Control System », l’ETCS, le système de freinage automatique qui doit démontrer les bienfaits et le bien-fondé de cette stratégie ferroviaire où les trains, sûrs, circuleront plus facilement, donc moins cher, à travers une Europe qui aura banni les protectionnismes nationalistes. On n’en est visiblement encore loin…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs