Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: Lyman, revers de taille pour la Russie

Les troupes ukrainiennes ont repris ce dimanche la ville de Lyman, nœud stratégique de la région de Donetsk. Pour le secrétaire général de l’Otan, cela prouve que les Ukrainiens « sont capables de repousser les troupes russes ».

Temps de lecture: 4 min

Cette semaine, de nouveaux drapeaux ukrainiens flotteront sur le Donbass. » Dans une vidéo diffusée samedi soir sur les réseaux sociaux, Volodymyr Zelensky anticipait de quelques heures une avancée majeure sur le terrain, la reprise de Lyman. Dimanche midi, nouveau message : « La ville est totalement débarrassée de l’armée russe. » Un revers lourd de sens pour Vladimir Poutine, 48 heures seulement après la prétendue annexion de territoires ukrainiens.

Sur le plan stratégique, la perte de Lyman, dans la région annexée de Donetsk, est un revers de taille pour la Russie, incapable à ce stade de contrôler la totalité des territoires qu’elle occupe en Ukraine. Dans une interview à la chaîne NBC, Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’Otan, a insisté : « La reprise de Lyman démontre que les Ukrainiens progressent, qu’ils sont capables de repousser les troupes russes. Grâce à leur courage, leurs forces, mais aussi grâce aux armes que les Etats-Unis et les autres pays de l’Otan leur fournissent. »

À lire aussi Guerre en Ukraine: selon des experts, les Etats-Unis sauraient si la Russie préparait une attaque nucléaire

Selon le journal Le Monde, la France s’apprêterait précisément à livrer à l’Ukraine une nouvelle série de canons Caesar. Dimanche, l’Allemagne, le Danemark et la Norvège ont annoncé qu’ils fourniraient, à partir de l’année prochaine, seize canons d’artillerie automobiles blindés à Kiev, qui cherche à renforcer son arsenal militaire lourd pour repousser la Russie. Cette annonce fait suite à un déplacement, ce week-end en Ukraine, de la ministre allemande de la défense, Christine Lambrecht, une première depuis l’invasion russe déclenchée le 24 février. Kiev demandait plus, en particulier des chars d’assaut Leopard allemands, que le gouvernement du chancelier Olaf Scholz a refusé de livrer. Ce dernier a en effet déclaré qu’une telle décision n’était pas de son seul ressort et devait au préalable être discutée avec ses alliés occidentaux.

Un repli russe sur le sud ?

Selon les experts de l’Institute for the Study of War, les Russes, en difficulté, tentent désormais de défendre en priorité les territoires qu’ils occupent dans le sud de l’Ukraine. « Vladimir Poutine essaie de préserver ses positions stratégiques dans le sud, à Kherson ou Zaporijia, plus que celles de Louhansk. » Reste que la perte de Lyman, important nœud ferroviaire qui permettait le ravitaillement des soldats, pose un grave problème aux forces russes, sur la défensive et obligées d’établir une nouvelle ligne de front.

CarteCombats

En reprenant Lyman, les troupes ukrainiennes poursuivent la contre-offensive, lancée voici un mois, qui leur a permis de reprendre, selon le président ukrainien, plus de 6.000 km2 de territoire. Singulièrement en direction de Kharkiv avec, comme prise majeure la ville d’Izioum. Dans cette ville dévastée, les démineurs s’affairent. Traquant les mines et autres engins explosifs, petits et mortels, dissimulés par les forces russes.

A Izioum, les démineurs s’affairent

Un journaliste de l’Agence France-Presse a suivi les équipes qui tentent de « tout nettoyer d’ici l’hiver », afin que les services clés comme l’électricité puissent être réparés. « Mais personne ne sait combien de temps il faudra. En dépit de l’aide des organisations internationales, nous n’avons même pas fini de découvrir les mines abandonnées depuis le début de la première phase du conflit en 2014 », explique Vassyl Melnyk, responsable de l’opération.

À lire aussi Guerre en Ukraine: 436 cadavres exhumés à Izioum, une trentaine présentent des «signes de torture»

Depuis la libération d’Izioum, ses équipes ont couvert, selon lui, quelque 100 hectares dans le district et découvert plus de 5.000 mines autour des positions occupées précédemment par les Russes. Les démineurs ont trouvé aussi bien des mines antichars, des mines antipersonnel et des obus d’artillerie, que des mines PFM-1, dites mines « papillon », particulièrement destructrices et interdites par un traité international auquel la Russie n’est pas partie. Ces petites mines de couleur verte dotées d’ailes, connues en Ukraine sous le nom de « pétales », sont, insiste Vassyl Melnyk, d’autant plus dangereuses « qu’elles peuvent être ramassées par des enfants ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, lundi 3 octobre 2022, 17:07

    A FOND les manettes les gars : faut récupérer un max de territoire avant l'hiver ! Lyman est un nœud stratégique ... mais avec les nouvelles livraisons (César; support financier US; ...) faudrait libérer Kherson et bouter les envahisseurs nazis de l'autre côté du fleuve fissa-fissa. Courage et "Ukraine vaincra" !

  • Posté par Van Ars Odette, dimanche 2 octobre 2022, 21:57

    La guerre est toujours une horreur ! Peu importe le raisons, justifiées ou pas, celui qui la déclenche est toujours le responsable de l'horreur ! Une vie humaine n'a pas de prix...combien de vies humaines sacrifiées ? Quoi qu'il en soit, ce conflit est un conflit fratricide dont l'issue est une voie sans issue ! Je suis très pessimiste quant à l'avenir de l'humanité où s'affrontent la démocratie et l'autocratie ! Les russes n'ont connu que l'autocratie, n'ont jamais connu la démocratie et sont persuadés d'avoir raison... Je pense que Poutine n'hésitera pas à utiliser l'arme nucléaire s'il est acculé et alors...pauvres de nous tous !!!

  • Posté par STORDIAU Pierre, lundi 3 octobre 2022, 17:01

    Oui <Odette> : ... "troll un jour ... troll toujours" ! Hélas, l'Histoire nous montre qu'il ne faut JAMAIS reculer devant un monstre sanguinaire : >>> il lui en faudra alors toujours plus !

  • Posté par Caver Jean, lundi 3 octobre 2022, 9:11

    Tiens revoilà Odette ! Bonjour Odette ! Hier, Odette soutenait clairement Poutine. Aujourd'hui, elle nous rappelle que le mec en face est prêt à utiliser les armes nucléaires. Bref, "Attention hein ! Il faut absolument négocier avant la catastrophe". Et comme Poutine ne veut rien négocier, il faut lui céder ! CQFD ! Merci Odette pour ces paroles de paix !

  • Posté par eric biltiau, dimanche 2 octobre 2022, 21:16

    Bravo à ces courageux ukrainiens de vouloir reprendre les territoires volés par l'ennemi et sa crapule de Poutine.

Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une