Accueil Sports Football Football belge Charleroi

Pierre Patron après le succès carolo à Anderlecht: «On va savourer, mais sans s’enflammer»

Pierre Patron, c’est un peu le porte-bonheur du Sporting. Comme contre Gand, la doublure de luxe de Koffi a fêté sa titularisation surprise avec une victoire probante.

Temps de lecture: 2 min

« C’est vraiment un pur plaisir, surtout à Anderlecht. Petit, on rêve de jouer dans des stades comme cela et dans une ambiance pareille. Quand on rentre sur le terrain et qu’on regarde le stade, les frissons viennent tout seuls. En plus, on prend les trois points et on remet une clean sheet », souriait le Breton.

Il n’est pas pour rien dans cette clean sheet. En première période surtout, il a multiplié les interventions. « La plus difficile ? Peut-être devant Ashimeru, car j’enlève le ballon main gauche. Mais ça va tellement vite qu’on n’a pas le temps de calculer. Après, la frappe de Fabio Silva d’un angle fermé, je croyais que je l’avais mise moi-même dedans ! J’ai eu un petit doute. Tout nous a réussi, mais on a vraiment vu une équipe de Charleroi solidaire. Je suis très content personnellement. On travaille tous les jours à l’entraînement pour cela. On va savourer, mais sans s’enflammer. Car on sait que c’est déjà le Standard dimanche, un sacré morceau. »

Numéro 1 jusqu’à la Coupe du monde ?

Contrairement à sa première titularisation, il a eu cette fois le temps de se préparer. « Le coach a convoqué tous les gardiens jeudi. C’est ça le rôle du numéro deux. Contre Gand, je l’avais appris à 14h30 et on jouait à 18h30. En Ligue 2, j’étais monté en cours de jeu. Ici, j’ai cogité un peu, mais je commence à prendre un peu d’expérience et à me connaître aussi. J’essaie de rester moi-même, me ressourcer en famille, faire des choses simples pour avoir la tête libre quand je monte sur le terrain. Je me suis aussi appuyé sur mon match contre Gand. Quand tu arrives de D3 française, tu te demandes si tu as le niveau. Je me suis donc appuyé mentalement sur ce match, sans me relâcher cependant. »

Avec les soucis physiques de Koffi, peut-il ambitionner davantage que ce statut de numéro deux ? « Je ne sais pas. Je prends match par match. Dès qu’on m’en donne, j’essaie d’être le meilleur possible. On verra ce qui passera après. » Son coach a laissé entendre qu’il pourrait jouer dans les buts plusieurs semaines. Ce qui en ferait un titulaire jusqu’à la coupure pour la Coupe du monde.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Charleroi

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb