Accueil Monde Asie-Pacifique

Iran: violente répression lors d’une manifestation dans une prestigieuse université (vidéos)

En Iran, la contestation à la suite de la mort de Mahsa Amini se poursuit, comme cela a été le cas dans une grande université de Téhéran, théâtre de vifs échanges entre étudiants et forces de l’ordre.

Temps de lecture: 4 min

De violents affrontements ont éclaté entre étudiants et forces de sécurité dans une grande université de Téhéran, plus de deux semaines après le début des manifestations déclenchées par la mort de Mahsa Amini, ont indiqué lundi des médias d’Etat et des ONG.

Le décès de cette Kurde iranienne de 22 ans le 16 septembre, trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique qui oblige notamment les femmes à porter le voile, a donné lieu aussi à des rassemblements de solidarité avec les femmes iraniennes dans de nombreuses villes du monde, notamment à Paris encore dimanche.

Une répression qui s’accroît

Le mouvement de contestation en Iran, le plus important depuis celui de 2019 provoqué par la hausse des prix de l’essence, est entré dans sa troisième semaine et la répression s’est accrue.

De violents incidents se sont produits dans la nuit de dimanche à lundi dans l’Université de technologie Sharif à Téhéran, la plus prestigieuse d’Iran, où la police anti-émeute a tiré des billes d’acier et des gaz lacrymogènes contre des étudiants qui protestaient, selon l’agence de presse iranienne Mehr.

« Femme, vie, liberté », « les étudiants préfèrent la mort à l’humiliation », ont-ils scandé selon Mehr, ajoutant que le ministre iranien des Sciences était ensuite venu à l’université parler aux étudiants en vue de calmer la situation. Des incidents sont également survenus à l’université d’Ispahan (centre).

Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a accusé lundi les Etats-Unis et Israël ainsi que leurs « agents » d’avoir fomenté les manifestations, dans sa première réaction depuis le début du mouvement. Le président iranien, l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi, a lui aussi accusé dimanche les « ennemis » de l’Iran de « conspirer » contre son pays.

Iran-femmes-manifestation-police

« N’ayez pas peur ! »

Le ministère iranien du Renseignement avait indiqué vendredi que neuf ressortissants étrangers – notamment de France, d’Allemagne, d’Italie, des Pays-Bas et de Pologne – avaient été arrêtés en lien avec les manifestations. Une globe-trotteuse italienne de 30 ans, Alessi Piperno, a affirmé être détenue en Iran et appelé à l’aide, selon les déclarations de ses parents publiées lundi dans la presse italienne.

Pour la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, il est « difficile de supporter ce qui se passe à l’université #Sharif en #Iran », a-t-elle tweeté : « Le courage des Iraniens est incroyable. Et la force brutale du régime est l’expression de la peur pure et simple du pouvoir de l’Education et de la liberté ».

De son côté, l’ONG Iran Human Rights, basée à Oslo, a publié deux vidéos, l’une montrant apparemment des policiers iraniens à motos poursuivant des étudiants qui courent dans un parking souterrain, et l’autre, des policiers à moto emmenant des personnes dont la tête est recouverte de sacs en tissu noir.Sur d’autres images mises en ligne, que l’AFP n’a pu vérifier de manière indépendante, on peut entendre des tirs et des cris alors qu’un grand nombre de personnes courent dans une rue la nuit. Dans une vidéo tournée selon l’IHR dans une station de métro de Téhéran, une foule scande : « N’ayez pas peur ! N’ayez pas peur ! Nous sommes tous ensemble ! ».

À lire aussi Les Iraniennes de Belgique vent debout en soutien à leur peuple

Au moins 92 morts

Le Centre pour les droits de l’homme en Iran (CHRI), basé à New York, s’est dit « extrêmement préoccupé par les vidéos provenant de l’Université Sharif et de Téhéran aujourd’hui, montrant une répression violente des manifestations ».

Au moins 92 personnes ont été tuées en Iran par la répression depuis le début des manifestations, selon cette agence qui s’efforce d’évaluer le nombre de morts malgré les coupures d’Internet et les blocages d’applications comme WhatsApp ou Instagram et d’autres services en ligne en Iran.

Les autorités iraniennes affirment quant à elles qu’environ 60 personnes parmi lesquelles douze membres des forces de sécurité ont été tués depuis le 16 septembre. Par ailleurs, 41 autres personnes ont péri lors d’affrontements vendredi dans la province du Sistan-Baloutchistan (sud-est), selon l’IHR citant des sources locales, sans être en mesure de préciser si ces violences sont liées à la mort de Mahsa Amini.

À lire aussi Police des mœurs: les Iraniennes brûlant leur voile pourront-elles faire plier le régime?

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Retine Marc, lundi 3 octobre 2022, 20:50

    Manifester c'est très bien, mais en crever c'est idiot. Si c'est pour mourir autant prendre les armes! Faut-il rappeler la recette du cocktail injustement attribuée au camarade Molotv ?

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une