Accueil Marché de l’art

Du sable et des Polaroids rue Saint-Georges

Dans une rue où l’art est comme chez lui, Lara Gasporotto (chez Stieglitz 19) et Patrick Regout (chez Modesti Perdriolle) surprennent notre regard.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

Devenue une artère essentielle du monde de l’art bruxellois avec, à une extrémité, la galerie Xavier Hufkens et à l’autre les multiples galeries de l’espace Rivoli, la rue Saint-Georges n’en finit plus d’attirer galeristes, collectionneurs et simples amateurs.

On peut y découvrir pour le moment de nombreuses propositions différentes dont deux, de part et d’autre de la rue, tout en nuances et en délicatesse. Chez Modesti Perdriolle, c’est d’abord Patrick Regout qui attire le regard. Ses grands dessins en noir et blanc suscitent l’étonnement autant que les questions.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Marché de l’art

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs