Accueil Guerre en Ukraine

Vladimir Poutine finalise l’annexion de quatre régions en Ukraine

La Fédération de Russie a annoncé avoir annexé quatre régions du sud-est de l’Ukraine.

Temps de lecture: 1 min

Le président russe Vladimir Poutine a signé mercredi la loi d’annexion de quatre régions ukrainiennes et les décrets nommant formellement à leur tête les dirigeants que Moscou y avait déjà mis en place.

Les textes signés par le dirigeant russe stipulent que les régions de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia sont acceptées « au sein de la Fédération de Russie en conformité avec la Constitution de la Fédération de Russie ».

M. Poutine, malgré un tollé international et des défaites militaires sur le terrain, a annexé ces quatre territoires que l’armée russe contrôle en partie, estimant qu’ils revenaient de droit à la Russie après l’organisation à la hâte de prétendus référendums.

Dans la foulée, l’armée russe a essuyé de nouveaux revers militaires dans le Nord-Est du pays ainsi que dans la région de Kherson.

À lire aussi Russie: opposés aux généraux, les seigneurs des milices sont tentés par le coup d’Etat

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Van Ryn Charles-axel , mercredi 5 octobre 2022, 11:23

    La mascarade complètement absurde se poursuit d'une annexion de territoires ukrainiens, "conforme au droit russe et à la Constitution ". Il est urgent de ne plus commettre notre erreur concernant la Crimée, qui a servi à Poutine de banc d'essai réussi pour ses visées impérialistes. Les territoires volés à l'Ukraine et sa pleine souveraineté devront être reconquis militairement. Car à l'évidence ils ne le seront jamais diplomatiquement. Et le temps qui passe est en faveur de l'auteur du crime d'agression qui joue la montre car il mise sur une progressive lassitude des populations et gouvernements occidentaux à l'égard de ce conflit qui risque fort de s'éterniser. Et au delà, il escompte probablement qu'à un moment des pourparlers de paix seront plus à l'ordre du jour qu'aujourd'hui. Il en a déjà publiquement fixé les contours de son point de vue: en échange d'un cessez le feu "définitif" , il conserve tous les nouveaux territoires et exige la démilitarisation complète de l'Ukraine et un changement de régime... Un nouveau Munich 1938, version 21ème siècle. Et à cet égard je demeure persuadé que dans cette stratégie un assassinat de Zelensky demeure pleinement d'actualité comme un élément facilitateur d'une défaite diplomatique de l'Ukraine. A mon sens nous sommes à un moment charnière de cette crise poutinienne. Soit nous donnons rapidement à l'Ukraine les moyens militaires supplémentaires qu'elle réclame inlassablement et nous lui permettons de la sorte de reconquérir plus rapidement l'intégralité de ses terres volées, soit nous nous engageons, par manque de courage et de clairvoyance, dans une voie qui à terme sert les intérêts de l'agresseur planqué dans son Kremlin, bien au chaud, et qui attend son heure...

  • Posté par eric biltiau, mercredi 5 octobre 2022, 15:56

    Excellent commentaire encore une fois.

  • Posté par eric biltiau, mercredi 5 octobre 2022, 10:53

    Que signifie en droits internationaux cette annexion par la Russie? Faut-il se soumettre à ce Poutine ou a-t-on le droit de refuser cette annexion illégitime non voulue ni désirée par l'Ukraine?

  • Posté par eric biltiau, mercredi 5 octobre 2022, 15:55

    Merci beaucoup Mr Van Ryn Charles-axel pour cette information fort pertinente et qu'il était nécessaire de préciser.

  • Posté par Van Ryn Charles-axel , mercredi 5 octobre 2022, 11:37

    Je vous réponds sans hésiter : ces annexions sont dénuées de toute valeur juridique sur le plan du droit international. Elles sont donc nulles de plein droit. Elles constituent même dans le chef de son auteur ce qui pénalement est qualifié de "crime d'agression", anciennement qualifié de "crime contre la paix" selon la terminologie du procès de Nuremberg. Crime commis en violation de la Charte des Nations Unies. Bref toute cette mascarade poutinienne ( référendums bidons, approbation de la Cour constitutionnelle, approbation de la Douma et de la Chambre Haute et décret final de Poutine) ne revêt pas le moindre élément de légalité au regard du droit international. L'Assemblée Générale des Nations unies se réunit prochainement et votera une résolution condamnant cette violation flagrante des lois internationales auxquelles est soumise la Russie. Bien sûr Poutine n'en n'a cure de tout cela, l'essentiel de son activité criminelle territoriale étant destiné à usage interne.

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une