Accueil Société

«Don’t pay»: pourquoi certains citoyens refusent de payer leurs factures énergétiques

De plus en plus de Belges ne savent plus payer leurs factures énergétiques et se tournent vers les CPAS et le médiateur, voire refusent de payer.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Cela fait maintenant des semaines que les témoignages de personnes étranglées par la hausse des prix de l’énergie se multiplient. Boulangeries qui ferment, particuliers qui se tournent vers le CPAS. Face à cette hausse vertigineuse du montant des factures énergétiques, certains décident de ne pas payer. Soit parce qu’ils ne veulent pas ou simplement parce qu’ils ne peuvent pas. C’est le cas de Jennifer, technicienne de surface dans la région de La Louvière. Un mari au chômage, trois enfants et une réclamation de 4.600 euros de la part de son fournisseur d’énergie. « Je veux bien payer 500 ou 600 euros, mais pas cette somme. Ce n’est ni honnête ni réglo. Comment je fais avec mon salaire de 1.700 euros ? », demande-t-elle. « J’attends le pli judiciaire et la décision du juge avant de payer. S’il me donne raison, je suis prête à faire un plan de paiement car je suis bien consciente que ne pas payer du tout me conduit dans une spirale de laquelle je ne sortirai pas gagnante.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Piscaer Benne, vendredi 7 octobre 2022, 7:29

    La seule solution est de déposer une plainte conjointe auprès du parquet pour "raquetering" et ainsi obliger le fournisseur d'énergie à réaliser des enquêtes intermédiaires de consommation afin de mesurer la réalité de la consommation. Bien sûr, cela devrait également être obligatoire de la part du gouvernement, mais celui-ci a plus de soucis comme il y a des parties politiques qui veulent transformer la démocratie socio-economique de la Belgique dans le type "marché-libre" des Etats -Unis.

  • Posté par Chalet Alain, jeudi 6 octobre 2022, 12:53

    L'Europe achète son gaz fort cher et n'a pas le choix: c'est payer ou ne plus avoir de gaz. A de rares exceptions près, les fournisseurs européens sont des intermédiaires, qui ne peuvent pas vendre moins cher que le prix d'achat qu'ils ont dû payer. Alors bien sûr on peut s'en plaindre et déplorer la stupidité de nos politiciens qui n'ont rien vu venir. Mais accuser nos fournisseurs ou proposer des "solutions" simplistes et idiotes ne nous aidera pas. Et ce ne sont sont pas 2 ou 3 milliards de "sur"profits (de sociétés qui sont maintenant elles-même souvent à court de trésorerie) qui vont nous aider là où il en faudrait 30 ou 40 (à court terme)... que notre état n'a pas. Et il ruinerait notre futur en les empruntant. Alors un peu de bon sens et de réalisme SVP.

  • Posté par Jeanine Delhait, vendredi 7 octobre 2022, 9:46

    l'Europe achète à qui maintenant et à quel prix ? Et ils vendent aux particuliers à quel prix ? quel est le prix du gaz pour les particuliers en Europe et d'où viennent les différences ? Répondre à ces questions de manière claire et transparente lève le voile sur la magouille. La solution est très simple : prix d'achat du gaz par les états/entreprises + frais de transport et de fonctionnement des entreprises + 6 % de TVA = prix de vente aux particuliers Problème résolu. Mais si tout le monde veut se sucre au passage et personne d'autres que les citoyens ne doivent payer les pots casses par les politiciens = catastrophe

  • Posté par Adolphe BoniZeur, president du Waalse Belang, jeudi 6 octobre 2022, 8:19

    Je voudrais bien refuser de payer les impôts, mais l’Etat va envoyer un huissier et faire une saisie sur salaire

  • Posté par Moriaux Raymond, jeudi 6 octobre 2022, 5:27

    Quand une des parties à un contrat en modifie unilatéralement une clause aussi importante que le prix, ce n'est pas au CPAS qu'il faut aller mais au tribunal. Oui, je sais, il faudra sans doute 10 ans rien que pour savoir si, éventuellement, il est compétent, si la plainte est fondée, recevable, etc ... D'ici-là, tout le monde sera mort de froid, de faim ou ... de vieillesse.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs