Accueil Société

Grève sur le rail: ce qu’il faut savoir pour la fin de journée

De nombreux trains ne seront pas en service ce mercredi soir pendant l’heure de pointe. On fait le point.

Temps de lecture: 3 min

La grève du front commun syndical des cheminots a débuté ce mardi à 22h et se poursuivait ce mercredi. La fin de cette action devrait se terminer dans la soirée vers 22h également. Le réseau ferroviaire sera fermé dans les provinces de Namur et Luxembourg tandis que seul un quart des trains circuleront dans le reste du pays.

Un nombre insuffisant de travailleurs a entraîné l’interruption de la circulation ferroviaire dans les provinces de Namur et Luxembourg car les cabines de signalisation d’Infrabel, nécessaires à la circulation des trains en toute sécurité, étaient fermées.

Dans le reste du pays, seuls deux trains IC sur cinq (reliant les grandes villes de Belgique) et un train S/L sur quatre (offre omnibus) sont en service. Les trains P, aux heures de pointe, ne circuleront quasiment pas.

Le trafic ferroviaire international est également perturbé. Un certain nombre de liaisons Thalys et ICE sont par exemple annulées, tandis que le train de nuit Nightjet au départ de Vienne ne se rendra pas jusqu’en Belgique, mais s’arrêtera à Cologne. Les trains Eurostar, TGV inOui et le train Benelux devraient quant à eux circuler normalement.

Les revendications

Une importante délégation syndicale était présente mercredi dès 11h00 devant la gare des Guillemins à Liège dans le cadre de la grève qui frappe le rail, afin de dénoncer le manque de moyens structurels octroyés par le gouvernement fédéral à la SNCB, alors que le conclave budgétaire a démarré vendredi après-midi. En front commun, les représentants des travailleurs réclament une augmentation salariale pour les cheminots mais aussi plus de sécurité et du bien-être sur le rail.

« Aujourd’hui, on doit faire face à une diminution importante du personnel. Les cheminots sont épuisés à cause d’un manque d’effectifs », dénonce Anthony Signorino, secrétaire régional CGSP. « Les congés des agents ne sont plus du tout assurés. Certains sont obligés d’assurer des doubles prestations ou de travailler seuls sur deux postes différents. »

Il en résulte, selon le syndicat, une augmentation des congés maladies ainsi qu’une diminution de trains : 22.000 ont d’ailleurs été supprimés cette année par manque de personnel. La CGSP craint aussi d’autres fermetures de guichets de gare, comme à Ans. « Infrabel a déjà annoncé la suppression de certaines lignes, ce qui va entraîner le non-respect du plan transports imposé par le gouvernement », avance encore Anthony Signorino.

« Il faut plus de personnel. Il manque 3.000 à 4.000 cheminots », estime Marc Eyen, détaché permanent CSC Transcom. Une série d’emplois ne sont en effet pas renouvelés. « Dans un futur proche, on ne sera plus que 26.000 contre 35.000 dans les années 2000. Il faut un engagement massif. On nous demande de faire plus mais avec moins de moyens humains. Nous sommes à bout. Un plan de transports ambitieux sans personnel, ce n’est plus possible. On a eu 436 démissions sur le district sud-est, par exemple, c’est du jamais vu. » Le danger pour la sécurité des passagers est évident « quand la fatigue est là, que vous soyez accompagnateur ou agent sur les rails », estime-t-il encore.

Les barèmes des cheminots n’ont par ailleurs plus été revus depuis 2008.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko