Accueil Culture Cinéma

Cinq ans après #MeToo: dans le cinéma, désormais, on se lève et on se barre

Il y a cinq ans, avant le tsunami engendré par #MeToo, les professionnelles belges du cinéma pointaient dans « Le Soir » les travers du milieu et la difficulté de s’y faire une place en tant que femme. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 7 min

Je remercie le jury de reconnaître avec ce prix le besoin viscéral qu’on a d’un monde plus inclusif et plus fluide. Merci d’appeler pour plus de diversité dans nos expériences au cinéma et dans nos vies. » Deuxième femme à recevoir la Palme d’or à Cannes, et première à la recevoir seule (en 1993, Jane Campion avait dû la partager avec Chen Kaige), Julia Ducournau appelait en 2021 à repousser les murs de la normativité et à multiplier les représentations diverses à l’écran. Une ouverture à l’autre, dans sa différence, dans sa multitude, et une manière aussi – même si ça ne se réduit évidemment pas à ça – de reconnaître les talents des femmes dans le monde du cinéma.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Dr Mi, jeudi 6 octobre 2022, 5:14

    Grâce au mouvement metoo, la parole c'est libéré e. Il est plus que temps de faire évoluer notre société vers plus d'égalité. Évidemment ça va déranger pas mal de monde, la preuve déjà certains commentaires sur ce forum.

  • Posté par Chalet Alain, jeudi 6 octobre 2022, 0:13

    "à qualité égale, la commission privilégie les films de femmes". Tout est dit.

  • Posté par Chalet Alain, mercredi 5 octobre 2022, 23:45

    Les femmes ont la possibilité d'exercer les mêmes activités que les hommes... si elles le désirent. Mais il est absurde d'exiger la parité, car hommes et femmes sont différents et ne désirent donc pas les mêmes choses. Et il n'y a aucune raison de vouloir modifier cette situation naturelle, qui se retrouve d'ailleurs chez toutes les espèces sexuées.

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs