Accueil Société

Le procès des attentats de Bruxelles peut reprendre mi-novembre

Le palais de justice « Justitia » sera remis à disposition de la cour d’assises par le SPF Justice, avec un nouveau box, le 14 novembre. La date de composition du jury doit encore être confirmée.

Temps de lecture: 2 min

Le procès des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles et Zaventem doit reprendre à la mi-novembre, d’après le Service public fédéral (SPF) Justice et la cour d’appel de Bruxelles.

« Grâce à des consultations et (une) coopération intensives, le box des accusés sera vite adapté. Le report est limité à 3 semaines (pendant les vacances d’automne, les sessions ont été suspendues) », précise un message du SPF Justice publié sur Twitter. « Le Justitia sera donc remis à disposition de la cour dès le lundi 14 novembre », clarifie une porte-parole du SPF, Christine-Laura Kouassi. « Ce qui ne signifie pas nécessairement que le procès reprendra à cette date », tempère le porte-parole de la cour d’appel de Bruxelles, Luc Hennart.

La Cour d’assises doit désormais analyser la situation pour reprendre le plus rapidement possible le procès. « Il faut convoquer des centaines de citoyens par exploits d’huissiers en vue de la composition du jury, c’est une grosse logistique qu’il faut mettre en route. Mais la mise à disposition de la salle dès le 14 novembre est une très bonne nouvelle et dès demain [vendredi] nous devrions y voir plus clair sur la date de reprise effective du procès », précise M. Hennart.

Le méga-procès pour juger les responsables des attentats de Bruxelles et Zaventem, qui devait reprendre le 10 octobre au bâtiment Justitia à Haren, avait été suspendu pour permettre au SPF Justice de démonter les box en verre où devaient prendre place les accusés.

La présidente de la cour d’assises de Bruxelles avait en effet ordonné, le 16 septembre dernier, le démontage des boxes compartimentés et fermés des accusés. Ceux-ci devaient être retirés pour le 10 octobre au plus tard, jour prévu pour la composition du jury. Ce délai n’avait toutefois pu être respecté.

Selon la présidente, la configuration de ces boxes violait l’article 6 de la Convention de sauvegarde des droits humains et des libertés fondamentales.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par dams jean-marie, jeudi 6 octobre 2022, 13:29

    A part jeter des sommes considérables , les victimes et familles ont pris perpétuité !! Les avocats vont certainement trouver qu'il faut installer un espace de prière pour les terroristes !

  • Posté par Moriaux Raymond, jeudi 6 octobre 2022, 11:56

    On parie qu'ils ne seront pas prêts ?

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko