Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: voici les nouvelles sanctions de l’Union européenne contre la Russie

En réponse à la nouvelle escalade de la guerre en Ukraine, les Etats membres de l’Union européenne ont approuvé une nouvelle fois des sanctions contre la Russie. Des sanctions qui devront coûter environ 7 milliards à la Russie.

Temps de lecture: 3 min

Après être parvenus à un accord politique sur ce point mercredi, les Etats membres de l’Union européenne ont également approuvé officiellement leur huitième train de sanctions contre la Russie en réponse à la nouvelle escalade de la guerre en Ukraine. Les détails des nouvelles sanctions apparaîtront dans le Journal officiel de l’UE dans les prochaines heures.

Les sanctions ont été approuvées à la vitesse de l’éclair. Il y a seulement une semaine, elles ont été proposées par la Commission européenne. Il s’agit « d’une série de mesures douloureuses destinées à accroître la pression sur le gouvernement et l’économie russes, à affaiblir le poids militaire de la Russie et à faire payer au Kremlin la récente escalade », peut-on lire dans une communication du Conseil (des Etats membres) de jeudi. Le déclencheur concret de ce qui est le huitième train de sanctions a été « l’escalade » provoquée par l’organisation par la Russie de référendums d’annexion en Ukraine, la mobilisation de centaines de milliers de Russes et la nouvelle menace de déploiement d’armes nucléaires.

À lire aussi A Prague, tentative de recomposition du Vieux Continent face au Kremlin

Pas plus tard que lundi, le Premier ministre belge Alexander De Croo a exprimé des réserves sur les sanctions dans l’hémicycle. Selon lui, les sanctions adoptées jusqu’à présent n’ont pas manqué non plus d’avoir un impact sur l’UE elle-même, mais étaient « en termes généraux ». « Mais plus nous irons loin avec de nouvelles sanctions, plus l’impact asymétrique sur certains domaines sera important », a-t-il déclaré, faisant référence aux effets inégaux qui seraient ressentis dans différents Etats membres. « Je préconise donc la prudence (…) et peut-être que nous devrions travailler avec des dispositions transitoires, ou sur la base d’engagements sectoriels. »

La Belgique préoccupée

Selon des sources bien informées, la Belgique – sous l’influence de la région wallonne – aurait donc exprimé ses préoccupations quant à de nouvelles restrictions sur le commerce de l’acier russe lors de la discussion au niveau européen. Notre pays aurait appelé à une période de transition. Ce n’est pas un hasard si le député PS André Flahaut a évoqué lundi le risque de fermeture d’usines. « Si nous approuvons ce huitième train de sanctions, il est clair qu’en Belgique, deux usines de (l’entreprise sidérurgique russe) NLMK à Clabecq et à La Louvière seront directement touchées », a-t-il déclaré.

À lire aussi Union européenne: un plafonnement des prix du gaz, oui, mais lequel?

Ce qui est interdit

Néanmoins, l’industrie sidérurgique russe est bel et bien visée par les nouvelles sanctions. Par exemple, les importations en Europe de produits sidérurgiques finis et semi-finis en provenance de Russie seront interdites, avec certes une période de transition pour certains produits semi-finis.

Au total, les nouvelles restrictions commerciales devraient avoir un impact économique d’environ 7 milliards d’euros sur l’économie russe. Outre l’acier, les autres importations interdites depuis la Russie en Europe sont le papier, la pâte de bois, les bijoux, les machines, les plastiques et les véhicules. En revanche, les nouveaux composants électroniques et les armes à feu à usage civil ne pourront plus être exportés d’Europe, et certains services de conseil et de consultation juridique seront interdits.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

40 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, jeudi 6 octobre 2022, 22:27

    Faut aussi que l'Europe téléphone aux Chinois et aux Indiens pour que nous montrions TOUS ENSEMBLE la porte de SORTIE d'Ukraine à Poutine ! Quant aux Trolls russes ... ils devraient vite aller s'engager aux côtés du troupeau des 300.000 vaches qui partent à l'abattoir, plutôt que de se planquer lâchement derrière leurs claviers !

  • Posté par Neznau Nepomnu , jeudi 6 octobre 2022, 21:00

    Résumé : nouvelles fermetures de commerces et d'usines en Belgique. Et des hivers encore plus dramatiques.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, jeudi 6 octobre 2022, 23:34

    "Ne pas oublier" , c'est semble-t-il la traduction de Neznau Nepomnu en Russe, en l'occurence, ne pas oublier de dérouler le narratif inculqué par le Kremlin. Hein, chouchou.

  • Posté par L PY, jeudi 6 octobre 2022, 20:44

    Nos gouvernements sont des marionnettes juste bons à exécuter les ordres de la commission européenne. S'abstenir n'a aucun effet, c'est comme voter pour. L'abstention est le vote des lâches.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, jeudi 6 octobre 2022, 23:33

    Revoici donc la stratégie des trolls comme L PY s'inspirant du think thank russe KATEHON, "qui n'a d'autre but que de faire la promotion de la propagande mensongère du Kremlin et de répandre des théories conspirationnistes et la désinformation en tous genres." selon l'information de M. Van Ryn.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une